Défense

Algérie : les dessous de la purge au sein de l’armée

Saïd Bey, limogé en août de son poste de chef de la 2e région militaire © Zebar

Limogeages, disgrâces, incarcérations… Depuis six mois, les hauts cadres sécuritaires sont dans la tourmente. Opération « mains propres » ou lutte de clans autour de la succession ?

Ce vendredi 14 septembre, le général-major Saïd Bey est sur son lit d’hôpital, à Paris, quand on lui remet un message ferme de sa hiérarchie. Admis deux jours pour soigner un diabète et de l’hypertension, cet habitué des hôpitaux de France et de Belgique est sommé de rentrer sans délai. Il n’aurait pas dû, il est vrai, se trouver à Paris. Quelques jours plus tôt, un juge du tribunal militaire de Blida, à 30 km à l’ouest d’Alger, avait prononcé à son encontre une interdiction de sortie du territoire national (ISTN).

Ce n’est que grâce à une méprise sur son patronyme à la police des frontières de l’aéroport d’Alger que le général-major a pu passer entre les mailles du filet. Qu’importe : son escapade sera de courte durée. Le soir même, Saïd Bey regagne son pays. Dans l’avion, le militaire a la certitude que ses problèmes sont loin d’être réglés. Depuis qu’il a été limogé de son poste de chef de la 2e région militaire – l’une des plus importantes du pays – au mois d’août, les choses vont de mal en pis. L’ISTN et la consigne reçue ce 14 septembre ne sont que les dernières étapes de sa vertigineuse descente aux enfers.

Un tsunami a déferlé sur l’institution militaire et les principales directions des services de sécurité

Déferlante

Et il n’est pas le seul dans cette situation. En quelques mois, un tsunami a déferlé sur l’institution militaire et les principales directions des services de sécurité. Les généraux-majors Lahbib Chentouf, Saïd Chengriha et Abderrazak Chérif, respectivement chefs des 1re, 3e et 4e régions militaires, ainsi qu’Ahcène Tafer, commandant des forces terrestres, ont été évincés. Le patron de la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), Mohamed Tireche, dit Lakhdar, a, lui, été débarqué manu militari.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte