Politique

Sénégal : dix choses à savoir sur Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor et candidat à la présidentielle

Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor et canddait à la présidentielle. © Capture écran/YouTube/Bichri TV International

Il a été un proche d’Abdoulaye Wade. Aujourd’hui, à 54 ans, le maire de Ziguinchor roule pour lui-même. Il est candidat à la présidentielle sénégalaise de février 2019.

1. Homme lige

Il a longtemps été un fidèle d’Abdoulaye Wade. De 2001 à 2009, il a occupé le poste clé de secrétaire général de la présidence. Il a aussi été ministre des Forces armées (2009-2010), puis des Mines et de l’Industrie (2010-2012).

2. Déçu du PDS

Après la défaite de Wade à la présidentielle de 2012 et comprenant qu’il ne lui succéderait jamais à la tête du Parti démocratique sénégalais (PDS), il quitte cette formation pour lancer l’Union centriste du Sénégal (UCS).

3. Patrimoine

En 2014, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) l’interroge sur l’origine de son patrimoine personnel, estimé à environ 7 millions d’euros. La procédure est réactivée en mars 2017, juste avant les législatives. C’est la dernière fois qu’il a été entendu. Officiellement, le dossier est en cours d’instruction.

4. Sommet fatidique

Entre 2004 et 2008, il a été directeur exécutif de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci), que présidait Karim Wade et qui était chargée de métamorphoser Dakar afin d’y accueillir le sommet de l’OCI en 2008. Des soupçons de détournement pèsent aujourd’hui sur les préparatifs de ce sommet.

5. Énarque

Après des études à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et un doctorat en droit public à l’université de Perpignan (sud de la France), il intègre en 1999, à 35 ans, l’École nationale d’administration de Paris. Diplômé de la promotion Érasme (réservée aux étudiants internationaux), il en sort en 2000.

6. Commissaire

En 1991, il obtient son diplôme de commissaire à l’École nationale de police à Dakar. Après un passage par la division des investigations criminelles, il intègre les services de renseignements de la présidence, sous Abdou Diouf.

7. Casamançais

Aux élections de 2009, il déboulonne Robert Sagna, maire de longue date de Ziguinchor. Réélu en 2014, il fait de cette ville son fief (lui-même est natif d’un village proche). Depuis, il partage son temps entre Dakar et la Casamance.


>>> À LIRE – Législatives au Sénégal : Abdoulaye Baldé, un opposant sous haute pression


8. Député

Élu député en 2007 sous les couleurs du PDS, il parvient à conserver son siège à l’Assemblée nationale en 2012. En 2017, il est réélu, cette fois sous la bannière de Kaddu Askan Wi, sa coalition, bâtie autour de l’UCS.

9. Fan de foot

Il est un fan du Casa sports, le club de football de Ziguinchor. Seydou Sané, son premier adjoint à la mairie, en est d’ailleurs le président.

10. Parrainages

Début août, il a annoncé qu’il était candidat à la présidentielle du 24 février 2019. Une première pour lui. Reste à convaincre au-delà de son bastion casamançais : le code électoral impose à tous les candidats de réunir environ 52 000 parrainages citoyens dans au moins sept régions du pays.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte