Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Khashoggi : l’onde de choc»

Voir tout le sommaire
Politique

[Édito] L’affaire Khashoggi est une affaire intérieure non pas à l’islam mais aux islamistes

Par

Béchir Ben Yahmed a fondé Jeune Afrique le 17 octobre 1960 à Tunis. Il est président-directeur général du groupe Jeune Afrique.

Le prince héritier, Mohamed Ben Salmane, lors d'une réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 27 avril 2017 à Riyad. © Uncredited/AP/SIPA

D'un côté, Mohamed Ben Salman (MBS), allié de Trump et de Netanyahou, ami de Jared Kushner. De l'autre, le journaliste Jamal Khashoggi, assassiné par les Saoudiens à Ankara, qui était en fait un islamiste proche à la fois des Frères musulmans d’Égypte et de Gaza, d'Erdogan et du Qatar. Béchir Ben Yahmed livre les clés de l'affaire.

Un mot encore sur l’assassinat de Jamal Khashoggi, dont j’ai traité ici la semaine dernière sous le titre de « Barbarie saoudite ». C’était « l’affaire du moment » et ça ne l’est déjà plus.

On nous en parlera de moins en moins, sauf si on retrouve le corps ou ce qu’il en reste. Ou bien si l’un des exécutants estime de son intérêt de « se mettre à table » pour raconter à un média ce qu’il a vu et ce à quoi il a participé : nous vivons en effet une époque où nul ne peut cacher bien longtemps quoi que ce soit.

Si cela arrive, comme cela me paraît probable, nous n’aurons pas besoin d’attendre que les historiens nous révèlent dans 30 ans ce que disent des documents classifiés.


>>> À LIRE – [Édito] Affaire Khashoggi : « Barbarie saoudite »


Une des clés, à ce jour peu commentée, de cette ténébreuse affaire explique l’étrange comportement des principaux protagonistes de cet assassinat, dont le président turc a dit qu’il était « sauvage et dûment préparé ».

Qui sont-ils ? D’abord l’instigateur : Mohamed Ben Salman (MBS). Ensuite ses protecteurs et alliés : le président des États-Unis, Donald Trump, le très silencieux Benyamin Netanyahou, Premier ministre d’Israël, le tout aussi silencieux Jared Kushner, gendre de Trump. Et enfin Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie.

Khashoggi était proche des Frères musulmans d’Égypte et de Gaza

Khashoggi, un opposant islamiste

Le comportement de ces messieurs s’explique par un fait peu connu et que je vous livre ci-après : la victime, Jamal Khashoggi, n’était pas, comme on le suppose par sa résidence aux États-Unis et sa collaboration au Washington Post, un démocrate en révolte contre l’autocratie ou le wahhabisme qui règnent dans son pays. C’était un islamiste proche des Frères musulmans d’Égypte et de Gaza, proche de l’islamiste non déclaré qu’est Erdogan (dont il s’apprêtait à épouser une concitoyenne) et proche du Qatar.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte