Diplomatie

France : des chefs d’État et de gouvernement africains au centenaire de l’armistice

Lors de la cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu (Première guerre mondiale), à Paris, le 11 novembre 2015. © NICOLAS MESSYASZ/SIPA

À l’invitation d’Emmanuel Macron, plusieurs chefs d’État et de gouvernement africains prendront part aux cérémonies du centenaire de l’armistice, le 11 novembre, à l’Arc de Triomphe.

À l’invitation d’Emmanuel Macron, plusieurs chefs d’État et de gouvernement africains prendront part aux cérémonies du centenaire de l’armistice, le 11 novembre, à l’Arc de Triomphe. Ils représenteront les soldats de leur pays morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale.

À l’heure où nous mettions sous presse, plus de vingt d’entre eux avaient confirmé leur venue, dont Ali Bongo Ondimba, Macky Sall, Mahamadou Issoufou, Alassane Ouattara, Denis Sassou Nguesso, Béji Caïd Essebsi, Mohamed Ould Abdelaziz, Ismaïl Omar Guelleh (IOG) et Ibrahim Boubacar Keïta.

Un ouvrage qui symbolise pour eux la paix

Après un déjeuner à l’Élysée, ils se rendront à la Grande Halle de la Villette, où ils inaugureront le Forum de Paris sur la Paix, que présidera Justin Vaïsse, directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du Quai d’Orsay. Chacun a été invité à s’exprimer sur l’un de ces cinq thèmes : paix et sécurité ; environnement ; développement ; numérique et nouvelles technologies ; économie inclusive.

Ces interventions aux formats variés (tables rondes, master class…) sont limitées à quatre minutes. Selon nos sources, Denis Sassou Nguesso s’exprimera sur le climat, et Mahamadou Issoufou, sur les questions de sécurité.

Les autorités françaises ont demandé aux présidents qui le souhaitent de choisir un ouvrage qui symbolise pour eux la paix, soit dans la langue de leur pays, soit en français, soit en anglais. Tous seront invités à expliquer leur choix dans un message vidéo d’une minute. Son enregistrement sera réalisé devant une « Bibliothèque de la paix », constituée d’un arbre avec des rayonnages. Ainsi, IOG lira un extrait de La Part du colibri, de Pierre Rabhi. Macron, lui, hésite encore…

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte