Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Khashoggi : l’onde de choc»

Voir tout le sommaire
Politique

Les Africains au sommet de Riyad, colloque à l’Assemblée française sur la diaspora africaine…

©

Les chefs d'État africains présents au "Davos du désert", les intervenants sélectionnés pour un colloque à l'Assemblée nationale française sur l'apport de la diaspora franco-africaine... Chaque semaine, Jeune Afrique vous invite dans les coulisses de la diplomatie continentale.

  • Afrique : qui était à Riyad ?

Le prince héritier Mohamed Ben Salman et le roi Abdallah II de Jordanie à l'ouverture du Future Investment Initiative de Riyad, mardi 23 octobre 2018. © Amr Nabil/AP/SIPA

À la suite du scandale suscité par l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, de nombreux chefs d’entreprise et dirigeants étrangers ont annulé leur participation au Future Investment Initiative (23-25 octobre), que le publicitaire français Richard Attias organisait à Riyad pour le compte du prince héritier Mohamed Ben Salman.


>>> À LIRE – Boycott du « Davos du désert » : simple effet d’annonce ou réelle menace ?


Parmi les rares responsables africains présents figuraient Ali Bongo Ondimba et Macky Sall, accompagné d’Amadou Ba, son ministre de l’Économie. Trois pays ont publiquement exprimé leur soutien à l’Arabie saoudite : l’Éthiopie, le Soudan du Sud et Djibouti. Si Demeke Mekonnen Hassen, le vice-Premier ministre éthiopien, était présent, Djouba et Djibouti n’ont en revanche envoyé aucun représentant.

  • France : entre deux rives

Le député franco-marocain M'jid El Guerrab, élu au titre de la 9éme circonscription des Français de l'étranger. © YouTube/M’jid EL GUERRAB

M’jid El Guerrab, député de la 9e circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et une partie de l’Afrique de l’Ouest), organise, le 19 novembre à l’Assemblée nationale, un colloque consacré à « l’apport de la diaspora franco-africaine de part et d’autre de la Méditerranée ».

Parmi les intervenants, Mehdi Bendimerad, vice-président du Forum des chefs d’entreprise (FCE, principale organisation patronale algérienne) ; Jean-Louis Guigou, président du think tank Ipemed ; et l’islamologue Rachid Benzine. Cet événement devrait déboucher sur la création d’un groupe d’études parlementaire spécialisé.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte