Société

[Chronique] Allah n’aime pas les francophones

Le président français s'exprime lors de la cérémonie d'ouverture du Sommet de la Francophonie, le 11 octobre en Arménie. © Sipa/Grigor Yepremyan/PAN

En Tunisie, les islamistes ont fort peu apprécié le discours d'Emmanuel Macron à Erevan, lors duquel il a notamment fustigé les « obscurantistes ».

Dans un discours prononcé lors du sommet de la Francophonie – qui s’est tenu les 11 et 12 octobre à Erevan, en Arménie –, Emmanuel Macron n’a pas tari d’éloges sur la Tunisie et sur son président, Béji Caïd Essebsi, « initiateur de mesures modernistes ». Il en a profité pour fustiger les « obscurantistes » opposés à ces mêmes mesures. Suivez mon regard. La réponse des islamistes n’a pas tardé. Le vendredi suivant ce discours, dans plusieurs mosquées du pays, des imams ont recommandé à leurs ouailles de ne plus enseigner le français à leur progéniture.

Cette réaction s’inscrit dans une bataille contre la langue française menée depuis la révolution par les nahdhaouis, alliés pour l’occasion à d’indécrottables nationalistes arabes. Elle prend pour cibles les francophones locaux, souvent traités de « chiens de la France », quand ils ne sont pas accusés de koufr (« mécréance »). Et cela produit de l’effet.

L’idiome de « l’ennemi colonisateur »

Par crainte de déplaire à ces identitaires de tout poil, les politiques de gauche, pourtant excellents francophones, se sont mis à s’exprimer en arabe – quitte à le baragouiner. Leurs allocutions empruntent aux versets et sont truffées de références à la littérature classique. La quasi-totalité du courrier étatique est rédigée en arabe, y compris, parfois, les invitations à l’adresse des étrangers. Je me souviens même de l’effarement du philosophe Edgar Morin venu donner une conférence dans la capitale tunisienne et qui avait vu ses propos traduits devant un parterre de francophones patentés conscients, eux aussi, du grotesque de la situation.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte