Politique

Maghreb : heureux comme un député marocain…

Une photo prise le 19 avril 2017 montre le Parlement lors d'une réunion publique conjointe consacrée à la présentation du programme du gouvernement par le Premier ministre du Maroc, nouvellement nommé, à Rabat (Maroc) le 19 avril 2017 © Fadel Senna/AFP

Si, dans le royaume chérifien, les élus du peuple sont plutôt bien lotis, il n’en va pas de même en Tunisie et en Algérie, où les parlementaires se plaignent de conditions de travail qui ne leur permettraient pas d’exercer leur fonction de manière optimale. Enquête.

La scène se répète chaque année, en octobre, aux abords des Parlements maghrébins : des cafés pris d’assaut par les députés, à Rabat, Alger et Tunis. « Quand arrive le projet de loi de finances, on appelle nos amis profs à la fac, ou certains de nos militants au fait des questions fiscales ou douanières », explique Atmane Mazouz, président du groupe parlementaire du RCD en Algérie. Le marocain Mustapha Ibrahimi abonde : « Nous avons du mal à tenir certains débats qui ont une dimension technique. »

Lui siège à la Chambre des représentants marocaine sous l’étiquette du Parti de la justice et du développement (PJD). Dans l’enceinte de l’Assemblée, il n’est pas rare d’entendre un ministre pointer la méconnaissance d’un sujet par les députés. « Ils oublient qu’ils sont entourés de leur cabinet, ultra-renseignés, et soutenus parfois par des aides extérieures », se défend Ibrahimi. « Nous n’avons pas de bureaux individuels pour recevoir, rebondit le Tunisien Naoufel Jammali, député d’Ennahdha. Mes rendez-vous, je les donne au café. »

Même constat dans les trois pays : sur des questions majeures, économiques ou sécuritaires, les élus sont « largués »

Dans les trois pays, même constat : sur des questions majeures, économiques ou sécuritaires, les élus sont « largués », selon le mot de l’un d’eux. « Nous sommes démunis face à l’exécutif », insiste Mazouz. Comment, dans ces conditions, assumer les ­missions dévolues au pouvoir législatif, à savoir élaborer et voter la loi d’un côté, contrôler l’action du gouvernement de l’autre ? Question salaire, tous les élus ne sont pas logés à la même enseigne.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte