Dossier

Cet article est issu du dossier «Banques nigérianes : comme un parfum de crise»

Voir tout le sommaire
Banque

Nigeria : la banque centrale démine le différend avec MTN

Une publicité pour MTN à Lagos en novembre 2015.

Une publicité pour MTN à Lagos en novembre 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a demandé le 29 août le remboursement par MTN de 8,13 milliards de dollars (6,96 milliards d’euros), « illégalement rapatriés sur la base de certificats d’importation de capitaux illégalement émis », menaçant de lui couper l’accès au marché des changes.

« Cette affaire n’aurait pas dû prendre de telles dimensions. Le Nigeria reste un pays très, très ouvert. » À la mi-octobre, en déplacement à Londres, Godwin Emefiele tente de contenir la déflagration causée par cette affaire.

Une infraction contestée par MTN

L’annonce a en effet détruit en quelques jours un tiers de la valeur de MTN à Johannesburg, renouvelé les inquiétudes sur l’instabilité réglementaire au Nigeria et menace les relations diplomatiques entre Pretoria et Abuja, qu’une visite en juillet du président Cyril Ramaphosa avait raffermies. « Je suis très optimiste sur une résolution à l’amiable [de ce différend] », a insisté Godwin Emefiele.

De son côté, MTN conteste vigoureusement en justice toute infraction et rappelle que le sujet a fait l’objet d’une enquête du Sénat, en 2016-2017, dont les conclusions « montrent que MTN Nigeria ne s’est pas rendu complice d’infractions aux lois sur le change ». Une première audience judiciaire est prévue à Lagos, le 30 octobre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte