Dossier

Cet article est issu du dossier «La Francophonie retourne à l'Afrique»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Francophonie : le lobbying de l’Élysée pour faire triompher Louise Mushikiwabo

Le président français et Louise Mushikiwabo, à Erevan, le 12 octobre.

Le président français et Louise Mushikiwabo, à Erevan, le 12 octobre. © OIF

La présidence française a mobilisé plusieurs de ses conseillers afin d'assurer l'élection de la Rwandaise Louise Mushikiwabo au poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), vendredi 12 octobre à Erevan.

Juste avant le sommet d’Erevan (11-12 octobre), afin d’accroître les chances de la Rwandaise Louise Mushikiwabo d’accéder au poste de secrétaire général de l’OIF, Emmanuel Macron s’était fixé trois objectifs : consolider le bloc africain, convaincre les Européens et amadouer les Canadiens, qui soutenaient leur compatriote Michaëlle Jean.

Les hommes du président

Philippe Étienne, le chef de la cellule diplomatique de l’Élysée, a alors mobilisé quatre hommes. À Aurélien Lechevallier, son bras droit, il a confié le volet canadien du dossier. Franck Paris, le conseiller Afrique du chef de l’État – à qui il avait soufflé le nom de Mushikiwabo –, et Rémi Maréchaux, directeur Afrique au Quai d’Orsay, se sont chargés du volet africain.


>>> À LIRE – France : qui sont les « Africains » du président Macron ?


Sur le plan opérationnel, Jules-Armand Aniambossou, qui coordonne par ailleurs le Conseil présidentiel pour l’Afrique, a fait plusieurs missions discrètes en Afrique (Sénégal, Tchad, Congo…), en Europe et dans les Caraïbes. Le 12 octobre à Erevan, Louise Mushikiwabo a été élue sans coup férir.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte