Banque

Banque : 68,5 % des actifs de la camerounaise Bicec bientôt cédés au marocain BCP ?

Vue de Yaoundé, Cameroun. © Cifor/ CC/Flickr

Un tribunal de Douala se penchera le 26 octobre sur la cession de 68,5 % des actifs de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec) au groupe marocain Banque centrale populaire (BCP). Un collectif d’hommes d’affaires camerounais tente de bloquer l'opération.

Le 26 octobre, le tribunal de première instance de Bonanjo, à Douala, se penchera sur la cession de 68,5 % des actifs de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec, filiale de la Banque populaire Caisse d’épargne, BPCE) au groupe marocain Banque centrale populaire (BCP).


>>> À LIRE – Banque : au Cameroun, la Bicec tire les leçons de la fraude


Un collectif d’hommes d’affaires camerounais a saisi le juge des référés afin de bloquer l’opération et réclame l’ouverture de négociations avec l’État camerounais (actionnaire de la Bicec à hauteur de 17,5 %). Ils estiment que le groupe BPCE devrait permettre l’ouverture du capital de la Bicec à des ressortissants camerounais plutôt qu’à des fonds marocains.

Le différend devant l’OCDE ?

Le TPI de Bonanjo, où une première audience a eu lieu le 17 octobre, a prévu d’entendre le bâtonnier Jackson Francis Ngnie Kamga, pour la BPCE, ainsi que les conseils de la Commission des marchés financiers du Cameroun et de la Commission bancaire de l’Afrique centrale.

Michel Janvier Voukeng et Guy-Alain Tougoua, les avocats des requérants, ont également engagé une procédure devant la Commission nationale de la concurrence et envisagent de porter le différend devant l’OCDE.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte