Dossier

Cet article est issu du dossier «Madagascar : la possibilité d'une (grande) île»

Voir tout le sommaire
Musique

Madagascar : Rykala Vazo, trois filles dans le vent

Mitchou, Mirana et Vanintsoa du groupe Rykala Vazo.

Mitchou, Mirana et Vanintsoa du groupe Rykala Vazo. © Capture Youtube

Le trio Rykala Vazo mélange les sonorités traditionnelles malgaches à des influences plus contemporaines pour créer un style unique qui les a propulsé sur le devant de la scène.

1,2,3… Quand Mitchou commence à taper du pied, derrière, ça déménage. Décontractées et souriantes avant de démarrer leur set, les filles de Rykala Vazo sont comme possédées à mesure qu’elles montent dans les tours et que les premières notes tombent en cascade dans la salle. « Les femmes qui chantent » adorent la scène, et leur public le leur rend bien lorsqu’il commence à onduler sur les rythmes chaloupés ou à se laisser émouvoir par les mélopées entêtantes.

Créé fin 2015, le trio s’est vite fait un nom et un style, en enrobant les sons traditionnels de leur pays de musiques plus contemporaines. Le kabosy, la guitare rectangulaire malgache, répond à la basse électrique, pendant que les chants rituels du tsapiky prennent des accents lyriques dans la voix de Mirana. Toutes trois chantent, dansent, changent d’instrument au gré des morceaux et de leurs envies.

En les écoutant lors d’une soirée, j’ai eu l’idée de créer un groupe 100 % féminin qui s’inspirerait du folklore malgache

À même pas 30 ans, elles ont déjà des années de pratique derrière elles. Mitchou, comme danseuse traditionnelle, Mirana et Vanintsoa, en tant que musiciennes et interprètes, ont longtemps écumé les rares salles de la capitale, d’où elles sont toutes trois originaires. Avant que leur rencontre ne devienne une évidence.

« En les écoutant lors d’une soirée, j’ai eu l’idée de créer un groupe 100 % féminin qui s’inspirerait du folklore malgache », explique Mitchou, qui en parle le soir même à ses nouvelles copines. Rykala Vazo était né, et, depuis, les filles n’arrêtent plus de chanter. Aux reprises de Piaf ou du répertoire malgache s’ajoutent peu à peu leurs propres compositions.

Un premier album à venir

Leur premier morceau, O Rykala, devient un tube dès sa sortie, en février 2016. Elles sont nommées dans la foulée révélation féminine par la principale radio musicale du pays, ce qui permettra au groupe de faire sa première tournée en Europe quelques mois plus tard. De Paris à Marseille, Rykala Vazo redonne le sens du rythme à la diaspora pendant l’été 2017. Avant de retourner sur la Grande Île, « des rêves plein la tête », avoue Mitchou.

Prochaine étape, l’enregistrement d’un premier album, prévu pour cette année. Quatre morceaux sont déjà composés, dans leur style inimitable… Pour les autres, elles doivent encore s’entendre et accorder leur diversité musicale. Sortir ce disque leur permettrait aussi de sortir de leur île. Et de chanter leurs succès sous d’autres cieux.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte