Entreprises & marchés

Cameroun : comment Nexttel a failli financer la campagne de Paul Biya

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 21 octobre 2018 à 13h57
Le président sortant camerounais Paul Biya, votant lors de la présidentielle à Yaoundé, le 7 octobre 2018.

Le président sortant camerounais Paul Biya, votant lors de la présidentielle à Yaoundé, le 7 octobre 2018. © Sunday Alamba/AP/SIPA

L’homme d’affaires Baba Ahmadou Danpullo, président du conseil d’administration de Nexttel, a tenté en vain d’entraîner l’entreprise dans le financement de la dernière campagne électorale du président Paul Biya.

Militant et généreux contributeur du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), Baba Ahmadou Danpullo a tenté d’entraîner Nexttel dans le financement de la dernière campagne électorale du président, Paul Biya.

Le 14 septembre, l’homme d’affaires ordonne dans une note transmise par email au directeur général de décaisser 100 millions de F CFA (environ 152 000 euros) à cet effet.

Fin de non-recevoir

Tout en reconnaissant que l’opérateur peut soutenir des projets présidentiels en conformité avec son activité, Nguyen Duc Quang oppose cinq jours plus tard une fin de non-recevoir à la requête de Danpullo.

« Le soutien financier à la campagne présidentielle n’est conforme ni aux statuts ni aux missions sociales, encore moins à l’objet de l’entreprise », a répliqué le patron vietnamien.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer