Dossier

Cet article est issu du dossier «Ciel africain : la grande envolée du fret»

Voir tout le sommaire
ADB
Transport aérien

Avec Ethiopian airlines, DHL avance ses pions

DHL Global Forwarding signs Joint Venture with Ethiopian AirlinesJPEG (2.48MB)Image - Tewolde GebreMariam, CEO, Ethiopian Airlines Group and Amadou Diallo, CEO, DHL Global Forwarding Middle East and Africa at the signing ceremony. © DHL

À la fin de juillet, la compagnie aérienne publique a annoncé la création d’une société commune – non chiffrée – avec le géant de l’express DHL, première alliance de ce type en Afrique.

C’est une alliance qui démontre les ambitions d’Ethiopian Airlines, y compris dans le fret. Objectif ? Faire d’Addis-Abeba « un hub logistique pour l’Afrique » alors que cet aéroport est déjà au coude-à-coude avec Nairobi pour la quatrième place du continent et qu’Ethiopian y a inauguré en juillet 2017 un second hall fret sur 4 ha.

De fait, « le joint-venture ne prévoit pas d’investissement. Ethiopian a assez de capacité disponible, nous pourrons en utiliser conjointement une partie », explique Ivin George, vice-président Airfreight Moyen-Orient - Afrique de DHL, qui emploie environ 4 000 personnes en Afrique subsaharienne. L’idée est plutôt de mettre à profit dans le joint-­venture le savoir-faire de DHL en matière de réglementation douanière et, surtout, de services d’information, tracking et autres plateformes numériques, le nerf de la guerre en logistique.

Nous voulons développer notre activité éthiopienne et intra-africaine en express. Et aussi croître dans les produits frais, domaine dans lequel nous sommes encore peu présents

La filiale de Deutsche Post, très présente en Égypte, a déjà lourdement investi en Afrique du Sud en 2015, faisant de Johannesburg son point d’appui continental en express, notamment dans les secteurs automobile ou pharmaceutique. « Nous voulons aujourd’hui développer notre activité éthiopienne et intra-africaine en express. Et aussi croître dans les produits frais, domaine dans lequel nous sommes encore peu présents », indique Ivin George.

Fermer

Je me connecte