Dossier

Cet article est issu du dossier «Algérie : octobre 1988, les secrets d’un « printemps »»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie – Octobre 1988 : omerta sur la torture

La contestation du 5 octobre 1988 en Algérie. © Capture écran YouTube/ AlMagharibiaChannel

Dans l'édition enrichie de l’ouvrage de Sid Ahmed Semiane, El-Hadi Khediri, ministre de l'Intérieur, maintient ses dénégations.

El-Hadi Khediri : Il y a certainement eu des dépassements, mais je ne crois pas que la police ait torturé systématiquement. Je n’en dirai pas plus sur ce sujet. Je suis connu pour être contre la torture. Peut-être que l’affolement a amené les commissariats attaqués à se défendre. Peut-être ont-ils commis des dépassements sur les jeunes qu’ils ont arrêtés. C’est possible.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte