Politique
Vue du lac Anosy, à Tananarive, capitale de Madagascar. © Sascha Grabow/Wikimedia Commons

Cet article est issu du dossier

Madagascar : la possibilité d’une (grande) île

Voir tout le sommaire
Politique

Madagascar : trois îles, une ingérence ?

Comme à chaque période préélectorale, la question de la restitution des îles Éparses ­­– Europa, Bassas da India et Juan de Nova, dans le canal du Mozambique –, conservées par la France après l’indépendance de Madagascar, s’invite dans la campagne.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 17:38

L’île d’Europa, l’une des îles Éparses au large de Madagascar. © Creative Commons / Wikimedia / Lionel Rich

Le candidat le plus populiste et nationaliste des 36, André Christian Dieudonné Mailhol, appelé Pasteur par le million d’adeptes de sa secte, a déposé le 10 juillet une requête officielle pour la restitution des îles auprès de la Haute Cour constitutionnelle. Il aurait aussi envoyé une lettre à Emmanuel Macron.

Plus surprenant, il affirme être soutenu dans sa démarche par… les Russes, qui financeraient sa campagne. En jeu, les réserves de pétrole et de gaz identifiées dans l’offshore très profond, autour de Juan de Nova. « Un puits de richesse sans fond », selon Mailhol, qui ferait saliver les majors russes comme Loukos – dont des représentants ont été aperçus à Antananarivo en septembre – et Gazprom – qui a rencontré de nombreux candidats à la présidentielle malgache à Paris ces dernières semaines.

Hery Rajaonarimampianina, favori des russes

 © DOM

© DOM

Les Russes, sans que l’on sache très bien s’il s’agit du Kremlin ou d’acteurs privés, auraient aussi jeté leur dévolu sur une dizaine d’autres petits candidats, le plus souvent « côtiers », avec l’objectif de disperser les voix lors du premier tour pour donner plus de chances à leur réel favori, Hery Rajaonarimampianina.

C’est d’ailleurs lui qui a remis le sujet des îles sur la table, à Paris, en 2016, avec François Hollande. Une réunion bilatérale a eu lieu entre administrations françaises et malgaches sans avancée notoire, les premières parlant protection de l’environnement, les secondes leur répondant développement économique. Un sens des priorités qui semble parfaitement convenir aux amis russes de Madagascar.