Conso & Distribution

Afrikrea : état des lieux de l’e-commerce de la mode africaine

Les clients en ligne sont à 40% des clients de la diaspora. © Afrikrea

La plateforme d’e-commerce Afrikrea propose à la vente, depuis 2013, des produits de créateurs africains. Après deux ans d’essor, ses fondateurs publient leur livre blanc.

Au départ, ils n’étaient que deux. En 2013, Moulaye Tabouré, manager d’audit interne, et Abdoul Kadry Diallo, ingénieur projet, tous deux Maliens travaillant en France, choisissent de monter un site permettant aux créateurs africains de vendre leurs produits en ligne. C’est la naissance du site Afrikrea, qui, en 2016, devient une plateforme d’e-commerce, permettant la vente de créations africaines dans 98 pays du monde. Et ce grâce à l’arrivée d’un troisième acteur, Luc Perrussault-Diallo, développeur de son état, qui crée le design actuel du site.

Au menu de ce marché en ligne : du prêt-à-porter, toutes sortes d’accessoires, de la coque pour smartphone au tote bag, en passant par les bijoux et même quelques tenues de haute couture. Le tout à des prix plutôt abordables. Depuis la naissance d’Afrikrea, le trio a investi quelque 300 000 euros. Parmi leur dizaine d’investisseurs, les fondateurs du site français Showroom privé, Thierry Petit et David Dayan. Sur Afrikrea, on compte 2 500 créateurs inscrits, dont 90 % de femmes, et 50 000 utilisateurs depuis 2016. Le site enregistre 200 000 euros de transactions par mois. Délai d’attente pour une commande ? En moyenne, vingt et un jours.

 

Pour nous, la mode africaine inclut la mode inspirée par l’Afrique, faite en Afrique et par les Africains

Des données précieuses

En octobre 2017, le trio, établi à Paris, choisit de délocaliser la start-up à Abidjan. L’équipe s’est alors agrandie avec un développeur professionnel en plus, deux employés au service clients, un community manager ainsi qu’un directeur financier. Une équipe au service de la mode africaine qui vit d’ailleurs dans la même maison à Abidjan. « Pour nous, la mode africaine inclut la mode inspirée par l’Afrique, faite en Afrique et faite par les Africains. »

Parmi les clients d’Afrikrea, 40 % sont des femmes de la diaspora qui sont bien plus friandes de boucles d’oreilles que de vêtements. Voilà le type d’information que l’on peut trouver dans le livre blanc d’Afrikrea, sorte d’état des lieux de l’e-commerce de la mode africaine, téléchargeable sur le site. « Nous nous sommes rendu compte que l’on parlait énormément de la croissance de la créativité africaine. Or il n’existait aucun chiffre pour le démontrer… »

Autres données disponibles : deux tiers des ventes sont réalisés à la réception des salaires – du moins en Europe ; huit des dix meilleurs vendeurs produisent en Afrique, etc. Une mine d’informations pour les créateurs. « Avec ce livre blanc, nous voulons que les gens comprennent que l’e-commerce est une expérience. »


>>> À LIRE – Fashion Weeks, Fima… La mode africaine déferle sur le continent


15 % de commission

Les trois fondateurs entendent également entamer une discussion, d’où la naissance d’un blog sur Afrikrea, où le visiteur lambda peut réagir à telle ou telle donnée. « Notre job est d’identifier les bonnes pratiques pour les transmettre aux créateurs. Nous sommes des partenaires complets. » Pour chaque transaction, l’équipe d’Afrikrea touche une commission de 10 % à 15 % selon les créateurs.

Résultat : un chiffre d’affaires annuel de 200 000 euros en 2017 et de 300 000 euros d’ici à la fin de 2018. « Le chiffre double chaque année. Nous pensons atteindre entre 500 000 et 1 million d’euros en 2019. » Afrikrea n’est pas la seule plateforme d’e-commerce à proposer ce type de produit. Citons Etsy – 1 milliard de dollars en chiffre d’affaires brut au quatrième trimestre de 2017 – ou Jumia, sites sur lesquels la mode africaine n’est pas en première ligne.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte