Justice
Une manifestation dans le centre-ville de Tunis à la suite de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, en février 2013. © Amine Landoulsi/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Tunisie : les affaires Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi relancées

Voir tout le sommaire
Politique

Assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi en Tunisie : le « J’accuse » d’un comité

Le Comité de défense des deux figures de la gauche tunisienne assassinés en 2013 affirme détenir des documents et des informations sur les commanditaires qui n’ont, pour l’instant, jamais été identifiés par la justice.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 17 octobre 2018 à 13:21

Une manifestation dans le centre-ville de Tunis à la suite de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, en février 2013. © Amine Landoulsi/AP/SIPA

Le Comité de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, assassinés en 2013, ne baisse pas la garde. Après avoir dénoncé l’existence d’un « bras armé » d’Ennahdha lors d’une conférence de presse, le 2 octobre à Tunis, ce collectif d’avocats s’apprête à faire de nouvelles révélations à Alger.


>>> À LIRE – Tunisie : le mystère entoure toujours l’assassinat de Chokri Belaid


Des liens avec l’Algérie

Certains de ces conseils assurent que, selon les aveux du terroriste tunisien Abou Talha, cette « organisation occulte » du premier parti de l’Assemblée aurait apporté son appui à la conception de l’attaque du site gazier d’In Amenas, survenue en Algérie en janvier 2013.

Toujours selon eux, Sihem Bensedrine, la présidente de l’Instance Vérité et Dignité, par son empressement à vouloir récupérer les archives de la présidence tunisienne lors de l’investiture de Béji Caïd Essebsi, en janvier 2015, visait à mettre la main sur des documents liés à la mort de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi.

Si leurs assassins ont été traduits en justice, les commanditaires, eux, n’ont jamais été identifiés.