Banque

Tunisie : un nouvel horizon pour la CDC

Boutheina Ben Yaghlane, directrice générale de la Caisse des Dépots et Consignations. © Nicolas Fauqué pour ja

La directrice générale de la Caisse des dépôts et consignations, Boutheina Ben Yaghlane, souhaite dynamiser un secteur financier postrévolution encore frileux.

Des fonds propres multipliés par 6,2 en sept ans. Peu d’entités publiques – ni même privées – peuvent s’enorgueillir d’une telle croissance. La Caisse des dépôts et consignations (CDC), si.

Créée en septembre 2011, moins d’un an après la révolution, elle est aujourd’hui le bras financier de l’État avec, en 2017, un bilan de 6,4 milliards de dinars (2 milliards d’euros) et des fonds propres s’élevant à 311,7 millions de dinars.

Un apport « pas que financier »

Au vu du contexte politique compliqué, les premiers dirigeants se sont appuyés sur les fondamentaux classiques d’une CDC : les participations directes et minoritaires dans des projets régionaux.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte