Assurances

Assurance : au Maroc, la Mutuelle Attamine Chaabi monte en puissance

Le siège administratif de BCP à Casablanca. © Guillaume Mollé pour JA

S'appuyant sur le réseau de la Banque centrale populaire, la mutuelle marocaine a enregistré en 2017 une hausse de 42 % de son chiffre d'affaires dans le segment vie.

En moins de trois ans d’existence, la Mutuelle Attamine Chaabi (MAC) a multiplié par près de 20 ses primes d’assurance-vie émises au Maroc, qui sont passées de 209 millions de dirhams en 2015 à 3,9 milliards de dirhams en 2017 (de 19 à 355 millions d’euros), devenant ainsi la cinquième compagnie d’assurances du royaume.

Issue du partenariat stratégique noué en 2010 entre la Banque centrale populaire (BCP) et les assureurs MAMDA et MCMA, elle s’est appuyée sur le réseau de la deuxième banque du Maroc pour accélérer son développement.

Avec 1 140 agences aux quatre coins du pays, BCP a capté en 2017 auprès de ses 4,5 millions de clients plus de 26 % de l’ensemble des dépôts bancaires. Cependant, la réglementation locale de la bancassurance ne permet toujours pas aux banques de se positionner sur le segment IARD (incendie, accidents et risques divers), qui compte pour environ 56 % du total des 39 milliards de primes en 2017.

Une association qui n’est pas fortuite

BCP est désormais un acteur global de la banque et de l’assurance, au même titre que ses concurrents directs. Attijariwafa Bank exerce un contrôle direct sur Wafa assurance, le leader du secteur avec 8 milliards de dirhams de primes.

BMCE Bank of Africa, de son côté, est présente à travers la RMA, dont le chiffre d’affaires s’est élevé à 6,2 milliards de dirhams l’année dernière.

Les relations commerciales entre se sont surtout consolidées à travers des liens capitalistiques

L’association entre BCP et MAMDA-MCMA pour établir en 2015 cette filiale n’est pas fortuite. La banque commercialisait depuis 2010 des offres des deux mutuelles fondées il y a un demi-siècle. Au cours des années, les relations commerciales se sont surtout consolidées à travers des liens capitalistiques.


>>> À LIRE – Couverture maladie en Afrique : les assurances privées ont leur rôle à jouer


Les deux assureurs ont relevé en 2017 leur participation à plus de 9 % du capital social de la banque, après le rachat pour près de 2,4 milliards de dirhams des 4,75 % que détenait IFC (filiale de la Banque mondiale). MAMDA-MCMA compte, depuis, un représentant parmi les treize membres qui siègent au conseil d’administration de l’ex-établissement public.

La MAC a dû enrichir son offre commerciale

De son côté, BCP a acquis l’année dernière une participation de 16,7 % dans la filiale de réassurance du duo, la MAMDA Ré.

BCP consolide la mutuelle dans ses comptes sociaux suivant la méthode comptable d’intégration globale

Du fait de son implication active dans la gestion de la MAC, BCP consolide la mutuelle dans ses comptes sociaux suivant la méthode comptable d’intégration globale, même si les 50 millions de dirhams de capital social sont détenus à 99,5 % par MCMA.

Pour parvenir à augmenter de 42 % son chiffre d’affaires en 2017 dans un segment vie en croissance de « seulement » 19 %, la MAC a dû enrichir son offre commerciale.

Elle a ainsi lancé des produits de retraite complémentaire et a proposé une nouvelle solution d’assurance santé. L’offre d’assurance vie-capitalisation a aussi été étoffée pour gagner des parts de marché.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte