Dossier

Cet article est issu du dossier «Banques africaines : sortie de crise en ordre dispersé»

Voir tout le sommaire
Banque

Afrique de l’Est : le maillon faible tanzanien

James Mwangi, patron d'Equity Bank Group (6e banque d'Afrique de l'Est selon le classement 2018 de Jeune Afrique) © Riccardo Gangale/AP/SIPA

Le dynamisme économique de la zone est-africaine suscite les convoitises des banques étrangères, notamment marocaines.

«Il est préférable d’avoir une poignée de banques saines plutôt que des douzaines de canards boiteux. » Cet avertissement a été prononcé en mars 2018 par le président tanzanien, John Magufuli.

La fragilité du système financier du pays commence à rejaillir sur l’économie après que le FMI a indiqué que l’augmentation des contentieux était en train de pousser les banques à fermer les robinets du crédit.



Pour enrayer la montée du risque systémique, la Banque centrale tanzanienne souhaite consolider le secteur, qui compte plus de 40 établissements de crédit pour un peu moins de 52 millions d’habitants.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte