Dossier

Cet article est issu du dossier «Banques africaines : sortie de crise en ordre dispersé»

Voir tout le sommaire
Banque

Afrique de l’Est : le maillon faible tanzanien

James Mwangi, patron d'Equity Bank Group (6e banque d'Afrique de l'Est selon le classement 2018 de Jeune Afrique) © Riccardo Gangale/AP/SIPA

Le dynamisme économique de la zone est-africaine suscite les convoitises des banques étrangères, notamment marocaines.

«Il est préférable d’avoir une poignée de banques saines plutôt que des douzaines de canards boiteux. » Cet avertissement a été prononcé en mars 2018 par le président tanzanien, John Magufuli.

La fragilité du système financier du pays commence à rejaillir sur l’économie après que le FMI a indiqué que l’augmentation des contentieux était en train de pousser les banques à fermer les robinets du crédit.



Pour enrayer la montée du risque systémique, la Banque centrale tanzanienne souhaite consolider le secteur, qui compte plus de 40 établissements de crédit pour un peu moins de 52 millions d’habitants.

Cibles anglophones

Chez son voisin kényan, la profitabilité des banques pourrait s’accroître après que le ministère des Finances a indiqué sa volonté d’abroger le plafonnement des taux d’intérêt à 4 points au-dessus du taux directeur de la Banque centrale, limite introduite en 2016.

Alors que le marché bancaire éthiopien reste pour le moment inaccessible aux investisseurs étrangers, la banque américaine JPMorgan Chase & Co. a annoncé en janvier 2018 qu’elle s’installait à Nairobi.


>>> À LIRE – Samuel Makome (Kenya Commercial Bank) : « 80% de nos clients utilisent la banque mobile »


La région attire aussi les convoitises des banques marocaines. Après une période d’expansion en Afrique francophone, Attijariwafa Bank, Banque populaire et BMCE Bank semblent désormais cibler les pays anglophones.

Une première opération d’Attijariwafa en Égypte lui a permis de reprendre les actifs de Barclays Bank en mai 2017 après avoir déboursé 495 millions de dollars (427 millions d’euros).

En novembre 2017, Kamal Mokdad, directeur chargé des filiales africaines à la Banque populaire, a indiqué à la presse que le deuxième établissement marocain compte faire du Rwanda sa plateforme d’expansion en Afrique de l’Est. Les discussions pour le rachat de Bank of Kigali n’ont cependant pas abouti.

Fermer

Je me connecte