Politique

Burundi : Armel Niyongere exhorte les États-Unis à faire pression sur le gouvernement

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L'avocat Armel Niyongere avec Mark S. Dieker, directeur Afrique, chargé de la démocratie et des droits de l’homme (à droite), à Washington.

L'avocat Armel Niyongere avec Mark S. Dieker, directeur Afrique, chargé de la démocratie et des droits de l’homme (à droite), à Washington. © Twitter/Armel Niyongere

À Washington, l’avocat Armel Niyongere a appelé les États-Unis à faire pression sur le gouvernement burundais afin qu’il accepte de discuter avec l’opposition en exil.

Venu à Washington assister à une table ronde sur la nouvelle loi encadrant les ONG au Burundi, l’avocat Armel Niyongere a été reçu le 10 octobre au département d’État, où il s’est entretenu avec Mark S. Dieker, directeur Afrique, chargé de la démocratie et des droits de l’homme.


>>> À LIRE – Burundi : l’ONU souhaite un accord avant les élections de 2020


Niyongere a appelé les États-Unis à faire pression sur le gouvernement burundais afin qu’il accepte de discuter avec l’opposition en exil.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte