Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique-France : un autre regard ?»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

[Édito] Afrique-France : un autre regard

Par

Alain Faujas est spécialisé en macro-économie (mondiale et tous pays) ainsi qu'en politique intérieure française.

Les présidents Emmanuel Macron et Roch Marc Christian Kabore, à Ouagadougou, le 28 novembre 2017.

Les présidents Emmanuel Macron et Roch Marc Christian Kabore, à Ouagadougou, le 28 novembre 2017. © AP / SIPA

L’Afrique est partagée au sujet d’Emmanuel Macron. Elle envie sa jeunesse, qui tranche avec l’âge moyen de ses chefs d’État. Elle applaudit le milliard d’euros de dons supplémentaires inscrits au budget 2019 de l'Agence française de développement (AFD). Mais elle s’agace quand le président français lui dit crûment ses vérités.

Quand il constate que « des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ». Ou quand il demande à un étudiant de n’avoir pas « une approche bêtement post-coloniale ou anti-impérialiste » au sujet du franc CFA.

« Les grands équilibres du monde de demain »

C’est là le style un brin provocateur que le président français adopte aussi avec ses compatriotes. Pour lui, il n’y a ni tabou, ni politiquement correct, ni prudence diplomatique d’un autre âge à respecter. Il faudra s’y faire car, sous son impulsion, le regard français sur l’Afrique et celui de l’Afrique sur la France changent par touches successives.

L’approche naguère misérabiliste laisse la place à une démarche qui se veut respectueuse. Les méfaits de la colonisation sont reconnus. La coopération, vieux et beau mot relégué au magasin des souvenirs, semble enfin à l’ordre du jour sous l’appellation de « partenariat ».


>>> À LIRE – Emmanuel Macron sur la colonisation : « On doit parler de ces pages noires , comme des pages glorieuses »


Mais on en est encore aux symboles, ce qui n’est pas rien, et aux mots, ce qui n’est pas tout. Un nouveau type de relations doit encore naître entre la France et le continent qui lui fait face au sud de la Méditerranée. Les politiques ne seront pas les seuls à installer ce nouveau climat qui permettra à l’Afrique et à la France « d’inventer les grands équilibres du monde de demain », selon le vœu d’Emmanuel Macron.

Les entreprises françaises, séduites par l’irruption d’une classe moyenne africaine, y contribueront. Les PME africaines, qui ont un besoin urgent de capitaux et de savoir-faire venus du Nord, y apporteront leur pierre.

Les diasporas, qui ont fait souche de Toulouse à Montreuil et de Marseille à Évry, devront y avoir une place et pas seulement en envoyant de l’argent au bled. Rien n’est joué. Rien n’est perdu. Tout est à faire.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte