Dossier

Cet article est issu du dossier «La Francophonie retourne à l'Afrique»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Francophonie : Louise Mushikiwabo, la favorite

Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères et porte-parole du gouvernement de Paul Kagame et candidate au poste de secrétaire générale de l’OIF, à Paris le 20 septembre 2018 © Bruno Levy pour JA

Soutenue par l’UA, la France et la Belgique, la chef de la diplomatie rwandaise est en position de force. Ce qui ne fait pas taire les critiques.

• Atouts

Le poids de ses soutiens

Depuis le sommet de l’UA, début juillet, les 29 pays africains membres de l’OIF la soutiennent officiellement. Elle n’en a pas moins multiplié les visites sur le continent, du Sénégal à la RD Congo et de la Tunisie à Madagascar – sans parler de divers pays européens et asiatiques. La France est elle aussi derrière elle, tout comme le gouvernement fédéral belge.

Son expérience diplomatique

Ministre des Affaires étrangères depuis 2009, elle a joué un rôle clé dans l’expansion diplomatique de son pays, notamment en Afrique, où il compte de nombreux alliés : Maroc, Gabon, Guinée, Bénin, Mali, Tchad, Sénégal, etc.

Le rayonnement de son pays…

En matière de développement, d’urbanisme, de parité, de sécurité ou de gouvernance économique, la success-story rwandaise est souvent citée en exemple. Chargé, en 2017, de réformer l’UA, Kagame assume depuis janvier la présidence tournante de l’organisation.

… et sa diversité linguistique

Contrairement à ce qu’on croit, le français reste bien ancré au Rwanda : il est langue officielle aux côtés du kinyarwanda, de l’anglais et du kiswahili. Les documents officiels sont rédigés dans les trois premières de ces langues, qu’elle parle couramment.

• Handicaps

L’autoritarisme de son gouvernement…

Fondé sur le consensus entre partis – autorisés – et marqué par l’hégémonie du FPR, le système rwandais est souvent dépeint en Occident comme une autocratie déguisée, où l’opposition est réduite au silence. Et la réforme constitutionnelle adoptée en 2015 n’a fait qu’attiser les critiques : elle permet à Paul Kagame de demeurer président au-delà de ses deux premiers mandats.

… et sa conception de la liberté de la presse

En juillet, Reporters sans frontières s’inquiétait de « cette candidature issue de l’un des pires régimes en matière de liberté de la presse ». Le classement annuel de l’ONG fait du Rwanda l’un des plus mauvais élèves de la planète. Une loi récemment adoptée, qui prévoit une peine de deux ans d’emprisonnement et une amende contre les auteurs de caricatures représentant les hauts responsables de l’État, n’est pas de nature à améliorer cette perception.

Le « pragmatisme » linguistique

En 2003, l’anglais devient langue officielle au Rwanda. Et, en 2008, langue principale dans l’enseignement et l’administration. L’année suivante, le pays devient membre du Commonwealth (comme le Cameroun et le Canada). Pour les dévots d’une Francophonie franco-­centrée, le « pragmatisme » linguistique défendu par les autorités rwandaises tient de la déclaration de guerre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte