Justice

Tchad : que devient Jacqueline Moudeina, l’avocate qui a fait tomber Hissène Habré ?

L'avocate Jacqueline Moudeina s'est battue pour que l'ex-président Hissène Habré à la réclusion criminelle à perpétuité. © REUTERS/Jonas Ekstromer/Scanpix Sweden

L’avocate tchadienne Jacqueline Moudeina, qui fait partie de ceux qui ont obtenu la condamnation de l'ex-président Hissène Habré à la réclusion criminelle à perpétuité, se bat toujours pour la défense des droits de l'homme.

Pour Jacqueline Moudeina, la lutte continue. Certes, l’avocate tchadienne, lauréate du Right Livelihood Award en 2011, fait partie de ceux qui ont obtenu des Chambres africaines extraordinaires, le 30 mai 2016, la condamnation de Hissène Habré à la réclusion criminelle à perpétuité. Mais elle se bat toujours pour que les autorités tchadiennes versent aux victimes de l’ancien dictateur les 123 millions d’euros d’indemnités qui leur sont dus.


>>> À LIRE – Tchad : Jacqueline Moudeïna, la tombeuse de Habré


Défense des droits de l’homme

À 61 ans, elle dirige depuis N’Djamena l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (ATPDH) et plaide régulièrement en faveur d’acteurs de la société civile. Parmi ses combats, la protection des enfants bouviers, vendus par leurs parents à des éleveurs, qui les exploitent pour conduire le bétail.

Jacqueline Moudeina se rend fréquemment à l’étranger afin de promouvoir les causes qui lui tiennent à cœur. À Abidjan, en avril, elle a lu la déclaration finale du premier Congrès africain contre la peine de mort.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte