Diplomatie

Algérie-France : du passé faisons table rase

Le chef de l’État français accompagné du président du Sénat algérien, Abdelkader Bensalah (à dr.), lors d’une visite au Mémorial des martyrs, le 6 décembre 2017,à Alger. © ludovic marin/AFP

Premier président français né après la guerre d’indépendance, Emmanuel Macron souhaite établir des relations définitivement apaisées entre les deux pays. Pourra-t-il y parvenir ?

C’est l’un des plus proches collaborateurs du président français, Sylvain Fort, conseiller discours et mémoire à l’Élysée, dont il dirige aussi le nouveau pôle communication, qui s’est chargé de la rédaction du texte. Une lettre, remise à Josette Audin le 13 septembre, dans laquelle Emmanuel Macron admet – une première ! – que Maurice, son époux, « est mort sous la torture du fait du système institué en Algérie par la France », en 1957.


>>> À LIRE – Affaire Maurice Audin : la France amorce un virage mémoriel avec l’Algérie


« Sur le sujet de la guerre d’Algérie, les historiens français et algériens ont mis sur la table une littérature considérable, explique l’ancien élu communiste Pierre Mansat, président de l’association Maurice-Audin. Des anciens combattants sont passés aux aveux à la télévision. Le pouvoir ne peut plus faire semblant de ne rien savoir, quand les sociétés, elles, ont avancé. » Le même confie qu’« avant de publier la déclaration l’Élysée a consulté les armées et les anciens combattants ».

La guerre d’Algérie, un sujet toujours sensible

La guerre d’Algérie (1954-1962) reste un sujet sensible. Avant Emmanuel Macron, aucun président n’avait osé aller aussi loin. « Tout cela prouve qu’il a plus de courage que les autres », se félicite Bariza Khiari, ancienne sénatrice socialiste et déléguée nationale de La République en marche (LREM) pendant la campagne présidentielle de 2017. « Le temps joue, tempère un connaisseur de ces dossiers mémoriels. La guerre d’Algérie s’éloigne, on peut plus facilement aller de l’avant. Ce n’est pas comme ouvrir les archives sur le génocide des Tutsis au Rwanda, beaucoup plus récentes. » Voire.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte