Diplomatie

Algérie-France : des crânes et des questions

Réservé aux abonnés | | Par
Crânes algériens conservés au Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

Crânes algériens conservés au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. © DR

Tous les restes algériens conservés au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, dont Alger demande la restitution, ne seraient pas seulement ceux de résistants.

La demande officielle a été faite par courrier fin décembre par les ministères des Affaires étrangères et des Moudjahidine : Alger aimerait récupérer les crânes de résistants à la colonisation conservés au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. L’institution française a la main sur une quarantaine de crânes originaires d’Algérie.

Tous des résistants ?

Depuis ce courrier, concomitant du voyage d’Emmanuel Macron à Alger, le Muséum réfléchit avec les autorités françaises au moyen de restituer les ossements. Il faudra malgré tout que les élus adoptent une loi pour le permettre.

Côté algérien, une question se pose : tous les restes ne seraient pas ceux de résistants… Certains sont vieux de plusieurs siècles, d’autres ­appartiennent à des criminels de droit commun, voire à des supplétifs de la colonisation.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer