Musique

L’album perdu de John Coltrane

Le saxophoniste John Coltrane, en 1964. © AP/SIPA

Cette sublime découverte se veut un vibrant témoignage de la double trajectoire musicale de ce prophète du jazz. Avis aux puristes coltraniens, comme aux futurs convertis.

Voilà plus de cinquante ans que John Coltrane n’est plus… mais l’exhumation surprise d’un disque inédit, Both Directions at Once: The Lost Album, en émeut plus d’un. Il faut dire que ce prophète du jazz séduit encore quantité de fidèles mélomanes. Pourtant, ce nouveau disque n’est aucunement son dernier enregistrement. Nous sommes en effet le 6 mars 1963, au sein des célèbres studios de Rudy Van Gelder, dans le New Jersey, quand « Trane » enregistre cette suite de morceaux.

Cette année-là, le musicien ne juge pas encore le be-bop trop orthodoxe, mais il poursuit déjà sa quête d’un « son universel » porté par des vibrations transcendantes. Aussi ce double disque est-il à cheval entre les deux voies empruntées par Coltrane durant sa carrière. La première, qui adoube le jazz dans tous ses codes, et la seconde, qui s’en affranchit pour mieux le sublimer.

Ainsi, la plupart de ses solos de saxophone ne nous surprennent guère ici, pétris de ces charges émotionnelles, mystiques et lumineuses qui ont contribué à asseoir le mythe. On retrouve en outre à ses côtés les musiciens qui l’ont accompagné, un an plus tard, au cours de l’édification du monumental A Love Supreme. Le pianiste McCoy Tyner, le batteur Elvin Jones et le contrebassiste Jimmy Garrison…

Un disque qui témoigne non seulement du passé, mais aussi du futur de sa musique

Immortel

Le trio prodigieux colore le souffle enfiévré du leader, qui a pour dessein d’atteindre les cieux. Les interprétations du standard « Nature Boy » ou de la cinquième prise d’« Untitled Original 11 386 » sont saisissantes. On prend également plaisir à suivre les quatre génies dans leur quête d’assise pour l’un des titres les plus connus de Coltrane : « Impressions ». Ce ne sont pas moins de quatre prises qu’il nous est donné de savourer…

Cet « album perdu » de Coltrane, déterré par son fils Ravi Coltrane (également saxophoniste), est un trait d’union tout autant qu’un préambule magistral à la direction que prend son œuvre au milieu des années 1960, peu avant sa disparition. Un disque qui témoigne non seulement du passé, mais aussi du futur de sa musique. Both Directions at Once: The Lost Album inscrit définitivement Coltrane au rang d’immortel.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte