Politique économique

[Tribune] Pourquoi le FMI se trompe de diagnostic au sujet de la dette africaine

Par

Économiste, ancien ministre de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques du Togo et ancien directeur de la Francophonie économique et numérique au sein de l’OIF.

Vue du logo du Fonds monétaire international. © Itsuo Inouye/AP/SIPA

Pour l'économiste Kako Nubukpo, la crise des finances publiques en Afrique révèle d’abord la difficile éclosion d’un État moderne, aux prises avec les douloureux arbitrages constitutifs de la recherche de l’intérêt général dans un contexte de faiblesse de la base productive.

Dans la dernière interview qu’elle a accordée au journal Jeune Afrique, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, déplore le risque de surendettement des États africains, quelques années seulement après la mise en œuvre de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), qui a permis un effacement substantiel de la dette du continent.

Une telle récurrence dans le processus d’endettement de l’Afrique devrait conduire à rechercher les tendances lourdes expliquant cette « malédiction », en dehors des contingences conjoncturelles. Le premier facteur explicatif est le taux de pression fiscale (rapport entre les recettes fiscales et la richesse créée au cours d’une année) en Afrique subsaharienne, qui est structurellement bas : il tourne autour de 20 % du PIB, alors qu’il se situe au-dessus de 40 % dans la zone euro.

Matraquage fiscal

Or, ce sont les ressources fiscales

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte