Dossier

Cet article est issu du dossier «Focus : très chère aviation d’affaires»

Voir tout le sommaire
Transport aérien

Aviation d’affaires : bataille fiscale à Abidjan

Certaines compagnies immatriculent leurs appareils hors de Côte d’Ivoire pour échapper à l’imposition de 15 %. © dr

Si le trafic de jets s’accroît en Côte d'Ivoire, la réglementation reste une entrave sérieuse au développement du secteur.

Le gouvernement ivoirien, profitant d’une croissance économique solide et soutenue du pays depuis plusieurs années, ambitionne de faire ­d’Abidjan, la capitale économique, un pôle attrayant de l’aviation d’affaires en Afrique de l’Ouest. Un projet porté par la société de gestion et d’exploitation de l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan, Aeria. C’est en novembre 2017 que le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a lancé les travaux de modernisation et d’extension de l’aéroport, comprenant ceux du terminal d’aviation d’affaires (FBO).

La gestion et l’exploitation de ce dernier ont été confiées à la fin de mai à un acteur mondial reconnu, l’entreprise dubaïote Jetex, solidement implantée au Bourget, en France, la plus grande base pour les jets en Europe. En Côte d’Ivoire, cette activité a du potentiel et est génératrice de revenus. Car en plus des affrètements classiques de jets, les évacuations sanitaires influent positivement sur l’activité.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte