Politique

Maroc : l’ex-jihadiste Bouchta Charef « demande pardon »

L'ex-jihadiste marocain Bouchta Charef. © Capture d'écran Youtube

Bouchta Charef, ancien recruteur du Front Al Nosra en Syrie, avait affirmé en 2011 avoir été victime de sévices lors de sa détention dans les locaux de la DGST marocaine. Il dément aujourd'hui ces accusations.

Libéré le 24 août au terme de huit années de détention, l’ex-jihadiste marocain Bouchta Charef risque de mettre dans l’embarras les nombreuses ONG, tant marocaines qu’européennes, qui avaient dénoncé les tortures qu’aurait subies ce dernier au siège de la DGST à Témara.

Je jure devant Dieu que tout était inventé

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte