Politique

Procès du putsch manqué au Burkina : une plainte déposée contre six juges

Des militaires burkinabè près de l'entrée de l'hôtel Libya, où des discussions sur le coup d'État ont eu lieu dimanche 20 septembre 2015 à Ouagadougou, au Burkina Faso. © Theo Renaut/AP/SIPA

Trois juges d’instruction et trois membres du parquet du tribunal militaire de Ouagadougou font l'objet d'une plainte déposée par quatre des civils accusés dans l’affaire du putsch manqué de 2015.

Quatre civils accusés dans l’affaire du putsch manqué de 2015 – Léonce Koné, Me Hermann Yaméogo, Minata Guelware et Adama Ouédraogo, dit Damiss – ont déposé plainte le 3 septembre auprès du Conseil de discipline de la magistrature contre trois juges d’instruction et trois membres du parquet du tribunal militaire de Ouagadougou.

Dans cette plainte, dont JA a obtenu copie, ils estiment que ces magistrats ont commis plusieurs « fautes disciplinaires » violant leur droit à un « procès équitable » et demandent des sanctions à leur encontre. Une ampliation de leur courrier a été adressée au bâtonnier de l’Ordre national des avocats du Burkina Faso, ainsi qu’aux barreaux des pays membres de l’Uemoa et de l’Ohada.


>>> À LIRE – Putsch manqué au Burkina : le chef des opérations affirme avoir agi sur « instruction indirecte » de Diendéré


Seul problème, perçu par les auteurs de la plainte comme une « forme supplémentaire de déni de justice » : le mandat des membres du Conseil de discipline de la magistrature a expiré et n’a toujours pas été renouvelé.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte