Dossier

Cet article est issu du dossier «Sénégal : Karim et Khalifa, même combat»

Voir tout le sommaire
Politique

Sénégal : Karim Wade, candidat au retour

Karim Wade , fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade. © STR/AP/Sipa

Quand reviendra-t-il ? À quelques mois de la présidentielle, le mystère entourant la date du retour à Dakar de Karim Wade reste entier.

De quoi prêter à sourire au sein de la mouvance présidentielle. « De possible candidat invisible, Karim est en train de passer à candidat impossible », persiflait récemment Seydou Guèye, le principal « sniper » de Macky Sall. Babacar Gaye, le porte-parole du PDS, se risque toutefois à un pronostic : « Il est difficile d’en parler publiquement, car c’est une décision stratégique, mais je peux vous assurer que Karim Wade s’est fixé une deadline : il sera, je pense, au Sénégal avant le 11 décembre, ne serait-ce que pour préparer son équipe de campagne. »

Le candidat craindrait-il, en cas de retour anticipé, que la lourde amende qu’il doit à l’État se traduise par une incarcération immédiate, au titre de la contrainte par corps ? « Karim Wade ne compte pas verser un seul franc CFA à l’État à la suite de sa condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), c’est une décision de justice que nous ne reconnaissons pas, martèle El Hadj Amadou Sall, du PDS. Le retour de Karim est un acte de combat, on n’y va pas comme on va à la danse ! »

Et l’entourage du candidat de rappeler qu’en son temps Abdoulaye Wade était revenu au pays le mois précédant l’élection présidentielle de février 2000. Ce qui ne l’avait pas empêché de la remporter.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte