Politique économique

Ghana : la pauvreté stagne

Vendeuse de sachets d’eau à Accra, en décembre 2016. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Publié en avril, un rapport des Nations unies pointe l'accroissement des inégalités sous le gouvernement Akufo-Addo.

La lutte contre la pauvreté constitue l’un des points faibles du gouvernement Akufo-Addo, selon Philip Alston, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme. Dans un sévère rapport rendu en avril, le diplomate australien a fustigé la hausse des inégalités et le faible financement de la protection sociale : à peine 1,4 % du PIB, contre 2,1 % parmi les pairs africains.

Selon Alston, la forte croissance économique des dernières années n’a entraîné aucune réduction significative du nombre de pauvres (24 % de la population), tandis que celui des millionnaires en dollars n’a cessé de croître. Ils étaient 2 900 en 2016, contre 1 900 en 2006, soit une hausse de 52 % en dix ans, contre une hausse moyenne de 19 % en Afrique, selon The Wealth Report 2017.

Le gouvernement rappelle ses cinq programmes liés à la protection sociale, dont le revenu de subsistance

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte