Politique

[Tribune] Le syndrome de la Kasbah

Par

Député tunisien du Bloc national

Place de la Kasbah à Tunis (Tunisie), le 23 octobre 2017 © Flickr/CC/David Stanley

De la Kasbah, on ne voit plus que Carthage. Pas le pays. Aucun ancien locataire ne semble y avoir échappé. C'est le syndrome du lieu.

La politique n’est pas qu’une question de chiffres. Mais combien ils peuvent être éclairants quand tout est embrouillé ! Depuis le 20 mars 1956 – l‘accession à l‘indépendance –, la Tunisie a connu trois régimes successifs. Monarchie beylicale, république et ce que nous pourrions appeler la IIe République, postrévolutionnaire. À chaque époque, une Constitution différente.

Depuis l’indépendance, dix-sept gouvernements se sont succédé. Du plus restreint – neuf membres sous Bourguiba – au plus pléthorique – l’actuel et ses 44 membres.

Sous d’autres cieux, l’Inde est gouvernée par 32 ministres, la Chine et le Royaume-Uni par 22, la Russie par 19, la Belgique et l’Espagne par 18, l’Italie par 13 et le Japon par 12. L’expérience démontre d’ailleurs que les gouvernements resserrés sont une partie de la solution en temps de crise.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte