Politique

Vacances présidentielles : « Home, sweet home »

Le Nigérien Mahamadou Issoufou, en 2016. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Fini les destinations clinquantes. Les chefs d’État africains donnent désormais dans la sobriété et ont, pour la plupart, préféré passer leurs vacances chez eux.

Comme chaque année, Mahamadou Issoufou a pris, à partir du 19 août, une dizaine de jours de repos dans son village de Dandadji, où il possède des terres.

Denis Sassou Nguesso s’est retiré une semaine dans son fief d’Oyo après avoir demandé à ses ministres, en pleines négociations avec les Chinois et le FMI, de ne pas partir en congés.

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a séjourné à Mongomo, à la frontière gabonaise. Joseph Kabila a, lui, « soufflé » dans sa ferme de Kingakati, près de Kinshasa.

Mohammed VI a opté pour la région de Tétouan-Al Hoceïma. Béji Caïd Essebsi a passé un long week-end à Hammamet et Ismaël Omar Guelleh une semaine dans la région d’Ali Sabieh (Sud), avant une incursion à Addis-Abeba, où il possède une résidence.

D’autres ont tout de même pris le large. Après Assinie, Alassane Ouattara s’est, comme tous les ans, mis au vert dans sa maison de Mougins (France). Idem pour Paul Biya, à l’InterContinental de Genève.

Alpha Condé a choisi de décompresser à Saly (Sénégal), en compagnie de son ami sénégalais Babacar Touré, président (sur le départ) du Conseil national de régulation de l’audiovisuel.

Ali Bongo Ondimba est allé assister à une partie de la Coupe du monde en Russie, tout comme Macky Sall qui, après avoir encouragé l’équipe du Sénégal pour son premier match, a fait une halte de quatre jours à Marrakech. De son côté, Patrice Talon a passé une semaine en Chine.

Enfin, certains ont fait une croix sur leurs vacances, comme Azali Assoumani, Paul Kagame ou Idriss Déby Itno, qui ne s’est retiré que quelques jours dans son fief d’Amdjarass lors du ramadan.

Roch Marc Christian Kaboré s’est contenté d’une escapade de vingt-quatre heures le 18 août dans son village de Tuiré pour « voir les siens et prendre soin de sa résidence personnelle ». Après avoir passé dix jours à Nouadhibou (Nord), Mohamed Ould Abdelaziz a fait campagne pour les législatives, tandis qu’Ibrahim Boubacar Keïta, accaparé par la présidentielle au Mali, n’a pris aucun congé.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte