Politique

Présidentielle au Nigeria : Bukola Saraki croit en ses chances

L’ambitieux président du Sénat, Bukola Saraki, est l’héritier d’une grande famille. © REUTERS

Le président du Sénat nigérian s'est déclaré le 30 août candidat à l'élection présidentielle prévue en février 2019. Bukola Saraki, qui a récemment quitté le parti au pouvoir, se présente sous la bannière du PDP.

Les relations exécrables qu’entretenaient Bukola Saraki et Muhammadu Buhari n’étaient pas un mystère, mais la défection officielle du président du Sénat, qui a quitté les rangs de l’APC le 31 juillet, a été le plus grand coup dur de ces dernières semaines pour le parti au pouvoir.

Assistant du président Olusegun Obasanjo en 2000, gouverneur de 2003 à 2011 et parlementaire dès 2011, Bukola Saraki, 56 ans, est l’un des hommes forts de la politique nigériane depuis le début des années 2000. D’abord figure du PDP, il avait choisi de rallier l’APC en 2014 en prévision du scrutin de 2015. C’est donc sous les couleurs de la jeune coalition qu’il s’est fait réélire sénateur de son État natal, le Kwara, situé dans le Sud-Ouest.

Mais la lune de miel n’a pas duré : quelques semaines plus tard, c’est contre l’avis du nouveau président qu’il est parvenu à prendre la tête de la chambre haute et à devenir le troisième personnage de l’État. Un premier bras de fer qu’il a remporté grâce au soutien des transfuges du PDP, ceux-là même qui, ces dernières semaines, ont aussi déserté l’APC.

Le président du Sénat a été suspecté d’avoir détourné d’importantes sommes d’argent et d’avoir fait de fausses déclarations de patrimoine

Comptes offshore

Depuis, c’est la guerre des clans. Saraki et ses hommes n’ont cessé de s’opposer à des projets de loi soutenus par le président tandis que de graves accusations étaient portées contre eux. Un temps ciblé par un mandat d’arrêt, le président du Sénat a été suspecté d’avoir détourné d’importantes sommes d’argent et d’avoir fait de fausses déclarations de patrimoine. Ces allégations ont été renforcées par des révélations des Panama Papers impliquant Saraki et sa famille, mais elles furent finalement balayées par la justice qui, début juillet, déclarait Saraki innocent.

Récemment, l’homme a aussi été mis en cause dans une affaire de cambriolage meurtrier. Certains des suspects ont affirmé avoir été payés par Saraki pour réaliser ce vol, qui a fait plus trente morts.

À la tête d’une importante fortune, propriétaire de luxueux appartements au Nigeria et au Royaume-Uni, de véhicules de luxe et de comptes offshore, cet ambitieux est aussi l’héritier d’une grande famille nigériane. Avant lui, son père, Abubakar Olusola, et sa sœur, Gbemisola Ruqayyah, ont été sénateurs de l’État de Kwara. Saraki bénéficie de puissantes relations : au mariage de sa fille Tosin, on pouvait voir le vice-président, Yemi Osinbajo, ou encore Aliko Dangote, l’homme le plus riche du pays.

Symbole de l’affairisme en politique pour ses détracteurs, Bukola Saraki croit en ses chances à la présidentielle de février 2019. Le 30 août, il annonçait qu’il serait candidat et participerait à la primaire du PDP, en octobre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte