Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Congo à l'heure des comptes»

Voir tout le sommaire
Politique économique

Le Congo à l’épreuve des faits

La route de la Corniche, à Brazza, a bénéficié d’importants financements chinois et français. © Wang Teng/XINHUA-REA

Une dette publique écrasante, des recettes toujours portées par les produits pétroliers… Trois ans après le début de la crise financière, les efforts consentis n’ont pas encore relancé l’économie et peinent à convaincre le FMI. Ce que va tenter de faire le nouveau Plan national de développement.

«Signer avec le FMI est une affaire classée », affirmait Clément Mouamba, au cœur de l’été 2017, dans une interview à Jeune Afrique. Le Premier ministre congolais pronostiquait alors la finalisation d’un accord « d’ici à la fin du mois de septembre ». Ce n’est pourtant qu’un an plus tard – le 3 août dernier – qu’il a fait parvenir à l’institution financière la lettre d’intention détaillant la stratégie que son gouvernement entend suivre pour remettre le pays en marche, si possible avec le soutien financier du Fonds, dont le conseil d’administration, le même jour, repoussait pour la cinquième fois en deux mois l’examen de la situation économique du Congo.

L’affaire n’est donc pas classée. Et elle ne le sera pas tant que la facilité élargie de crédit (FEC), qui a été consentie l’an dernier au Gabon et au Cameroun, ne sera pas accordée au Congo. Craignant une mise sous tutelle de l’économie, qui n’aurait rien à envier aux programmes d’ajustement structurel des années 1980, et dans un contexte social déjà tendu, les autorités congolaises ont d’abord cherché des alternatives, notamment auprès des pays du Golfe, avant, semble-t-il, de se résigner à suivre la feuille de route proposée par le FMI.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte