Diplomatie

Maroc-France : l’affaire Thomas Gallay à l’origine d’un nouveau coup de froid entre Paris et Rabat

Mohammed VI et Emmanuel Macron, à l'Élysée le 10 avril 2018. © Christophe Ena/AP/SIPA

Les autorités marocaines n’ont toujours pas digéré l’audience qu’Emmanuel Macron a accordée le 11 août à la mère de l’ingénieur français Thomas Gallay, détenu depuis février 2016 à la prison de Salé – et particulièrement l’engagement qu’aurait pris le président français de s’occuper « personnellement » de ce dossier.

« Nous en avons ras le bol, confie une source proche du Palais. D’un côté les autorités françaises ne cessent de saluer les avancées du Maroc et son rôle clé dans la lutte contre le terrorisme et, de l’autre, des coups bas maintiennent le royaume sous pression permanente. »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte