Diplomatie

Maroc-France : l’affaire Thomas Gallay à l’origine d’un nouveau coup de froid entre Paris et Rabat

Mohammed VI et Emmanuel Macron, à l'Élysée le 10 avril 2018. © Christophe Ena/AP/SIPA

Les autorités marocaines n’ont toujours pas digéré l’audience qu’Emmanuel Macron a accordée le 11 août à la mère de l’ingénieur français Thomas Gallay, détenu depuis février 2016 à la prison de Salé – et particulièrement l’engagement qu’aurait pris le président français de s’occuper « personnellement » de ce dossier.

« Nous en avons ras le bol, confie une source proche du Palais. D’un côté les autorités françaises ne cessent de saluer les avancées du Maroc et son rôle clé dans la lutte contre le terrorisme et, de l’autre, des coups bas maintiennent le royaume sous pression permanente. »


>>> A LIRE – La mère de Thomas Gallay, un Français détenu au Maroc pour terrorisme, a rencontré Emmanuel Macron


Condamné en appel à quatre ans de détention pour avoir fourni une aide logistique à Maalainine Lessir, l’émir d’une cellule jihadiste, Gallay (qui bénéficie en France du soutien de personnalités comme Christiane Taubira) ne pouvait donc pas, dans ce contexte, figurer au nombre des 428 détenus graciés le 20 août par le roi Mohammed VI.

En revanche, une nouvelle crise du type de celle qui, en 2014, avait suivi la tentative d’intrusion de policiers à la résidence de l’ambassadeur du Maroc en France n’est pas à exclure.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte