Société

Franc-maçonnerie : un tabou sénégalais

© Boscorelli/Shutterstock

Dakar a finalement levé l’interdiction faite à la confrérie des francs-maçons de se rassembler, mais l’hostilité à l’égard de celle-ci, nourrie par des organisations religieuses, n'est pas éteinte.

Dans la salle des pas perdus du palais de justice de Dakar, face à une haie de micros et de caméras, Abdoulaye Ndao savoure l’acquittement qui vient d’être prononcé, ce 19 juillet, en faveur de son frère. Incarcéré depuis 2015, l’imam Alioune Badara Ndao était notamment poursuivi pour « apologie du terrorisme » et « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». «

Cette décision est un message aux francs-maçons », se réjouit Abdoulaye Ndao. Aucune des charges retenues contre le prédicateur n’avait pourtant de lien avec la franc-maçonnerie, mais Abdoulaye Ndao n’est pas le seul à penser que son frère a été victime d’un complot.


>>> A LIRE – [Reportage] Sénégal : sur les traces de l’imam Alioune Badara Ndao


Le sociologue Malick Ndiaye, l’un de ses plus fervents soutiens, n’a-t-il pas lui aussi dénoncé une cabale orchestrée par des « loges maçonniques » ayant « infiltré toutes les confréries [religieuses] » ? Au Sénégal, l’ombre des « frères » déchaîne les passions.

Grand-messe 2018 annulée

Cette poussée de fièvre antimaçonnique remonte à novembre 2017. Deux mois et demi plus tard, les 2 et 3 février, les 26es Rencontres humanistes et fraternelles africaines et malgaches (Rehfram) doivent se tenir au King Fahd, l’un des grands hôtels de la capitale.

Rendez-vous annuel de la franc-maçonnerie africaine, l’événement n’a rien de secret. Et pour les organisations islamiques de la société civile sénégalaise, il ne constitue pas un problème en soi. Seulement voilà : « À quelques semaines de l’événement, nous avons appris que le Grand Orient de France [GODF] parrainait et finançait l’événement. C’est à partir de là que nous nous sommes mobilisés contre la tenue de cette rencontre sur le sol sénégalais », explique Mame Mactar Guèye, le vice-président de Jamra.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte