Arts

À Tunis, JK Lighting illumine avec minimalisme

Le luminaire "Bocal" de JK Lighting. © JK Lighting

Le jeune architecte tunisien Hassene Jeljeli a fondé, avec son père ingénieur, JK Lighting, une marque de luminaires design. Voici l’un de leurs modèles.

Ils ont respectivement 27 ans et 60 ans. Hassene Jeljeli et son père, Khelil, ont monté, en octobre 2017, JK Lighting à Tunis. Le type d’entreprise dont avait toujours rêvé Khelil, d’où le choix de ses initiales pour nommer l’établissement. Le fils, lui, est diplômé depuis l’an dernier de l’École nationale d’architecture et d’urbanisme (Enau) de Sidi-Bou-Saïd.

« Depuis tout petit, je suis attiré par la matière », dit-il, citant le bois, le fer ou le Plexiglas qu’il retrouvait dans l’atelier de son ingénieur de père, au sous-sol de leur maison. C’est dans ce même sous-sol qu’est aujourd’hui installé l’atelier de JK Lighting.

Au cours de sa deuxième année d’études, Hassene Jeljeli a commencé à travailler avec son père, reconverti dans le design. « Je l’aidais à concevoir et à réaliser des meubles pour des magasins. » Un jour, le duo reçoit pour mission d’aménager une boutique. Ils se mettent alors en quête de luminaires. « On a parcouru le marché local de Tunis. Il y avait de très belles choses, beaucoup de luminaires en rotin, mais cela ne correspondait en rien à ce que nous avions en tête. » Ils décident alors de proposer une dizaine de luminaires de leur cru et élaborent ce qui va devenir la philosophie de JK Lighting : modèles minimalistes diffusant un éclairage tamisé.

Okoumé du Gabon

C’est avec moins de 2 000 dinars en poche (630 euros) que les Jeljeli ont monté leur petite entreprise. Mais dès 2017, ils participent à Dardéco, le Salon de la décoration et du design qui se déroule au Parc des expositions du Kram, au nord de Tunis. Leurs modèles, conçus avec des lattes de bois, s’inspirent du style scandinave et sont dépourvus de tout ornement.

« Plus précisément, nous utilisons du contreplaqué, ordinaire ou marine, composé d’essences comme l’okoumé du Gabon. » Dans leur atelier de l’Ariana, dans la banlieue de Tunis, le père et le fils sont assistés par trois artisanes locales qui sont chargées d’affiner et de lustrer la matière. Leurs luminaires épurés éclairent des espaces fréquentés de Tunis, comme l’Ob-la-di Coffee, le Moustache Café ou le restaurant Peppico. Sans compter l’hôtel cinq étoiles Sindbad, à Hammamet.

Pointe d’acajou

Le Bocal (photo d’illustration), version teintée en acajou, a été fabriqué à partir de contreplaqué marine. Son prix : 360 dinars. Plutôt abordable… « Nos modèles attirent essentiellement les architectes et designers d’intérieur. Mais aussi certains particuliers, comme les expatriés de Tunis. » Aujourd’hui, JK Lighting compte une trentaine de pièces dont les prix sont compris entre 120 et 450 dinars environ selon le modèle et les dimensions.

S’ils n’ont pas encore de boutique, Khelil et Hassene Jeljeli ont aménagé une sorte de concept store à leur domicile. En outre, les luminaires JK Lighting sont disponibles au sein de concept stores de Tunis, comme Stanliver, Supersouk, XYZ ou encore Made With Hob. Prochainement, le duo proposera des collections conçues à partir d’autres matières, comme le laiton et le marbre.

Fermer

Je me connecte