Politique

France-Maroc : quand Luc Chatel réchauffait les relations

Luc Chatel, alors ministre de l'Éducation en France, à Paris, en 2009. © Michel Euler/AP/SIPA

En 2015, la France et le Maroc rétablissaient leur coopération judiciaire. Au centre de la réconciliation : Luc Chatel, alors président du groupe d’amitié France-Maroc.

26 février 2014. Rabat suspend toute coopération judiciaire avec Paris après la crise bilatérale provoquée par un dépôt de plaintes en France contre de hauts dignitaires marocains. En pleine tourmente diplomatique, Luc Chatel (LR), alors président du groupe d’amitié France-Maroc, décide en accord avec les deux ambassadeurs d’organiser une rencontre entre les groupes d’amitié à Paris, les 9 et 10 décembre 2014.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte