Politique

France-Maroc : quand Luc Chatel réchauffait les relations

Luc Chatel, alors ministre de l'Éducation en France, à Paris, en 2009. © Michel Euler/AP/SIPA

En 2015, la France et le Maroc rétablissaient leur coopération judiciaire. Au centre de la réconciliation : Luc Chatel, alors président du groupe d’amitié France-Maroc.

26 février 2014. Rabat suspend toute coopération judiciaire avec Paris après la crise bilatérale provoquée par un dépôt de plaintes en France contre de hauts dignitaires marocains. En pleine tourmente diplomatique, Luc Chatel (LR), alors président du groupe d’amitié France-Maroc, décide en accord avec les deux ambassadeurs d’organiser une rencontre entre les groupes d’amitié à Paris, les 9 et 10 décembre 2014.


>>> A LIRE – Maroc-France : chronique d’une crise de confiance


Déclaration conjointe

Elle débouche sur une déclaration conjointe, dans laquelle ils « exhortent les gouvernements de leurs pays respectifs à renouer au plus vite des relations bilatérales de confiance et de coopération ». Luc Chatel se félicite : « C’est un très bon exemple de ce que la diplomatie parlementaire peut réaliser. C’était un travail de l’ombre afin de préparer le terrain pour un rapprochement ».

Deux mois plus tard, le 31 janvier 2015, la France et le Maroc rétablissaient leur coopération judiciaire.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte