Diplomatie

Soupçons de sexisme à l’Union africaine : Smaïl Chergui visé par une enquête

Le commissaire de l'Union africaine pour la Paix et la sécurité, Smaïl Chergui, lors du sommet sur la lutte contre l'extrémisme violent (CVE), le jeudi 19 février 2015, au département d'État à Washington. © Pablo Martinez Monsivais/AP/SIPA

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, dirigé par le diplomate algérien, fait l'objet d'une enquête portant sur des soupçons de discrimination envers les femmes.

En juin, l’UA a diligenté une enquête interne fondée sur des soupçons de discrimination envers les femmes au sein de sa Commission. Selon nos sources, une cellule, placée sous la direction de la militante sénégalaise des droits des femmes Bineta Diop, poursuit ses investigations.

Tout est parti d’un article de l’hebdomadaire sud-africain Mail & Guardian, qui, en mai, a révélé l’existence d’un mémo interne, signé par 37 femmes travaillant au sein de l’organisation panafricaine, dénonçant l’existence d’un véritable « apartheid professionnel », principalement au sein du Conseil de paix et de sécurité, que Smaïl Chergui dirige depuis 2013.

Ce dernier a démenti ces allégations, qu’il estime « fabriquées », tout en promettant de déterminer « qui est derrière » toute cette affaire.

Paris suit de près ce dossier qui met en cause le diplomate algérien, considéré comme rétif, voire hostile aux initiatives de la France dans le domaine de la sécurité sur le continent, et notamment au Sahel.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte