Justice

Mines : Tamagot Bumi et Bumi Mauritanie condamnées à verser 3,3 millions d’euros à Nouakchott

L'industrie extractive représente 30 % du PIB de la Mauritanie. © Olivier/JA

Condamnées par le tribunal arbitral de la Banque mondiale (Cirdi), les deux sociétés actives dans le minerai de fer, qui attaquaient l’État mauritanien, devront verser 3,3 millions d’euros à Nouakchott.

Le 27 juillet, le Cirdi (tribunal arbitral de la Banque mondiale), présidé dans cette affaire par Raëd Fathallah, a tranché le litige opposant Tamagot Bumi et Bumi Mauritanie à l’État mauritanien : ces deux sociétés réclamaient 130 millions de dollars à Nouakchott, qui, en 2013, leur avait retiré leur permis d’exploitation de la mine de Tamagot (ouest).

S’estimant incompétent au motif que ce contentieux ne relève pas du droit international, le Cirdi les a condamnées à verser 3,3 millions d’euros à Nouakchott pour procédure abusive.

Filiales de l’indonésien Bumi Holding, les deux sociétés avaient été vendues en 2013 à la famille mauritanienne Abeidna, qui avait caché cette transaction.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte