Diplomatie

Niger : une aide américaine sous surveillance

Mahammadou Issoufou, président du Niger, lors du sommet extraordinaire de l'Union africaine à Kigali, le 20 mars 2018. © DR / Union africaine

Mahamadou Issoufou a participé le 5 août au lancement du programme Compact Niger, financé à hauteur de 437 millions de dollars par les États-Unis. Une aide pourtant surveillée de près par plusieurs sénateurs américains.

Dans une lettre datée du 19 juillet, les cinq sénateurs américains qui avaient rencontré Mahamadou Issoufou en avril ont demandé au secrétaire d’État Mike Pompeo « d’attirer l’attention du président Issoufou sur le fait que le musellement continu de l’opposition pourrait être incompatible avec le financement du [fonds de développement] Millenium Challenge Corporation ».

« Il est vital que les dirigeants nigériens n’interprètent pas notre coopération antiterroriste comme un feu vert pour se soustraire à leurs responsabilités en matière de gouvernance », ont ajouté les démocrates Cory Booker, Christopher Coons, Gary Peters, Michael  Bennet, et le républicain Jeff Flake.

En avril dernier, ils avaient rencontré Mahamadou Issoudou, dans le cadre d’une délégation du congrès américain qui s’était également rendu en l’Afrique du Sud, au Zimbabwe et au Burkina Faso…

Leur mise en garde n’a pas empêché le programme d’aide américain d’être lancé le 5 août à Margou, en présence de Mahamadou Issoufou, d’Eric Whitaker, ambassadeur des États-Unis au Niger et de Jane Hauch, vice-présidente de la Millenium Challenge Corporation (MCC). Il représente une aide de 437 millions de dollars (environ 250 milliards de francs CFA), et vise la réduction de la pauvreté à travers la croissance économique.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte