Diplomatie

France-Centrafrique : l’Ofpra dédouane l’ex-ambassadeur Charles Malinas

Charles Malinas, ancien ambassadeur français en Centrafrique, lors d'une rencontre des journalistes à Prague, en République tchèque, le 12 octobre 2016. © Roman Vondrous/AP/SIPA

Charles Malinas, ancienne ambassadeur de France à Bangui, avait été mis sur la touche, suite à des accusations de laxisme dans la délivrance de visas. Un document de l'Ofpra le blanchit.

Entendu le 2 août à Paris par le Conseil d’État, devant lequel il conteste sa mise à la retraite d’office en mars, Charles Malinas, l’ancien ambassadeur de France en Centrafrique, se défend d’avoir été laxiste dans la délivrance de visas dans ce pays, où il était en poste de 2013 à 2016. C’est à la suite d’un signalement de son successeur, Christian Bader, que le Quai d’Orsay avait décidé de mettre un terme à la carrière de Malinas.


>>> À LIRE – France-Centrafrique : le Quai d’Orsay fait le ménage à Bangui


Une note de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), datée du 7 septembre 2017 et que JA a pu consulter, semble pourtant aller dans le sens du diplomate écarté. « Du point de vue de l’Ofpra, l’augmentation du nombre des demandeurs d’asile centrafricains en France au cours de la période 2013-2016 ne suscite pas d’interrogations en elle-même, au vu de la situation qui prévalait dans ce pays et de l’appréciation qui fut alors celle de l’Office », écrit Pascal Brice, son directeur général.


>>> À LIRE – Centrafrique : le PK5, une prison à ciel ouvert (2014)


Fin octobre 2016, sollicité par Christian Bader qui venait de prendre son poste d’ambassadeur à Bangui, le ministère français des Affaires étrangères avaient dépêché une mission d’inspection qui avait livré un rapport évoquant des « dysfonctionnements graves au sein du poste de Bangui », ainsi que la « délivrance de visas en situation de conflit d’intérêts ».

En poste depuis août 2016, Christian Bader a pour sa part été rappelé à Paris en juillet, suite à des soupçons de harcèlement envers des employés français et centrafricains de sa représentation. Des accusations que nie l’intéressé. Une enquête est actuellement menée par la police judiciaire de Paris.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte