Justice

Burkina : les avocats de Djibrill Bassolé « pessimistes »

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h35
Djibrill Bassolé, ex-chef de la diplomatie burkinabè.

Djibrill Bassolé, ex-chef de la diplomatie burkinabè. © Camille Millerand/JA

William Bourdon et Dieudonné Bonkoungou, les deux avocats de Djibrill Bassolé, se disaient « pessimistes sur la possibilité que leur client recouvre la liberté, a fortiori qu’il soit acquitté » dans un document en date du 17 mai.

Dans un mémorandum adressé au Groupe de travail des Nations unies contre la détention arbitraire daté du 17 mai et que JA a consulté, les avocats de Djibrill Bassolé, l’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères accusé d’avoir participé au coup d’État manqué de 2015, disent être « pessimistes sur la possibilité que leur client recouvre la liberté, a fortiori qu’il soit acquitté », et remettent en cause l’indépendance de la justice. « Son maintien en détention même sous une forme atténuée résulte d’une volonté politique absolument dénuée de toute ambiguïté de le bâillonner », s’insurgent-ils.

Écoutes « en dehors de tout cadre légal »

« L’essentiel des charges opposées à Djibril Bassolé repose sur des écoutes téléphoniques dont la légalité n’a cessé d’être discutée », écrivent ses avocats, faisant référence aux enregistrements des conservations téléphoniques supposées entre Guillaume Soro et Djibrill Bassolé pendant le coup d’État manqué de septembre 2015.

Des écoutes qui « ont été accomplies d’évidence en dehors de tout cadre légal » et dont des « retranscriptions multiples et parfois contradictoires ont circulé sur internet », estiment William Bourdon et Dieudonné Bonkoungou, les deux avocats de Djibrill Bassolé.

Les deux avocats rappellent aussi leurs démarches infructueuses pour permettre à leur client de bénéficier d’examens médicaux à Paris. « Une porte de sortie pourrait être évidemment permettre à Djibril Bassolé de bénéficier des examens que son état de santé exige (…), ce qui exige bien entendu son départ à l’étranger », plaide le mémorandum.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte