Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : l'atout jeunes»

Voir tout le sommaire
Culture

Des fonds marocains pour faire bouger l’art africain

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 03 août 2018 à 15h41
Une résidence de Mbokka Project, du 28 avril au 06 mai 2018, grâce à l’association Afrikayna.

Une résidence de Mbokka Project, du 28 avril au 06 mai 2018, grâce à l’association Afrikayna. © Facebook/Afrikayna

L’association Afrikayna, à Casablanca, place la composante africaine de l’identité marocaine au centre des actions de l’association.

C’est dans les locaux du Boultek, à Casablanca, que l’association Afrikayna a vu le jour il y a cinq ans, sous l’impulsion de Ghita Khaldi. La directrice de production du centre de musiques actuelles place la composante africaine de l’identité marocaine au centre des actions de l’association.

Avec son équipe, elle prend ainsi le parti de la diversité, de l’échange et du dialogue à travers la création et le soutien de projets artistiques en rapport avec le continent.

Afrikayna gère d’ailleurs Africa Art Lines, un fonds marocain pour la mobilité artistique qui soutient des projets communs entre le Maroc et les autres pays africains à travers des bourses de mobilité pour la prise en charge des frais de voyage.


>>> A LIRE – Art contemporain : le Maroc aux avant-postes


L’une des dernières résidences artistiques soutenues par Afrikayna et accueillies au Boultek est actuellement en tournée à travers le continent.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte