Racisme

[Chronique] Hommes de haine

Par

Ancien journaliste à Jeune Afrique, spécialiste de la République démocratique du Congo, de l'Afrique centrale et de l'Histoire africaine, Tshitenge Lubabu écrit régulièrement des Post-scriptum depuis son pays natal.

Lors de la réception des joueurs de l'équipe de France à l'Élysée, le 16 juillet 2018. © Erez Lichtfeld/SIPA

Ce matin, je me suis réveillé le cœur en paix. Premier réflexe : allumer la télévision pour savoir ce qui se passe sur la Terre.

Sans surprise, je constate que rien n’a changé depuis la nuit dernière. Trump n’a pas arrêté de promettre le feu de l’enfer à son homologue iranien. Daniel Ortega continue de casser du Nicaraguayen. En France, l’affaire Benalla suscite des passions.

En Allemagne, le footballeur Özil, Allemand d’origine turque, a claqué la porte de l’équipe nationale de son pays d’adoption à cause, dit-il, d’un racisme qu’il a du mal à digérer. Mais la Fédération allemande de football ne partage pas ce point de vue.

Pourtant, j’ai moi-même entendu un spécialiste allemand affirmer que M. Özil, qui faisait partie du onze national en Russie, avait joué – permettez-moi de reprendre son expression très châtiée – « comme une merde ».

Insinuant que si la sélection allemande n’a pas donné le meilleur d’elle-même, c’est certainement à cause de ce joueur. Cela sous-entend aussi que le football a cessé d’être un sport collectif pour devenir un sport individuel depuis que la Coupe du monde a été organisée au pays du judoka Poutine. Comme si cela ne suffisait pas, le jeune homme a osé se faire photographier avec le terrible président turc, Recep Tayyip Erdogan. Il n’aurait pas dû, n’est-ce pas ?

J’aimerais néanmoins savoir si on peut éviter de poser avec le peu fréquentable Erdogan lorsqu’on descend de parents turcs et qu’on est une célébrité dans son pays d’origine… C’est à croire que certaines personnes se sont spécialisées dans l’art de chercher la petite bête pour jeter l’opprobre sur ceux qui ne leur plaisent pas.

La France ne méritait-elle pas de remporter le Mondial ?

Après la télévision, j’allume mon modeste téléphone portable afin de voir si je n’ai pas de message ou d’appel manqué. À mon plus grand étonnement, je vois une photo sur un réseau social avec cette légende : « Une fois arrivés à l’Élysée, les joueurs noirs [de l’équipe de France] ont été priés de se placer derrière tout le monde. » L’expéditeur est un ami français d’origine africaine.

Face à cette affirmation, je me suis demandé si je n’étais pas atteint de cécité. Pourquoi ? Parce que j’ai vu les images à la télévision sans me rendre compte que mes semblables avaient été discriminés pour ne pas effrayer les bons Français, c’est-à-dire, en d’autres termes, les Gaulois.

Cela vous rappelle sans doute le qualificatif « africaine » que certains attardés ont collé à l’équipe de France, tout simplement parce qu’elle compte en son sein un certain nombre de joueurs nègres. D’où ma question : Français = Blanc ? La mauvaise plaisanterie de ces gens signifie-t-elle que la France ne méritait pas de remporter la compétition mondiale de football ou qu’elle a triché en faisant appel à des « Africains » ? Quoi qu’il en soit, l’Afrique n’est pas un pays.

Mon credo : bien faire et laisser dire ceux qui doutent de l’humanité des autres

Un de mes fils est père d’une jeune fille métisse dont la mère est blanche. Elle aura bientôt 15 ans. Un jour j’ai demandé à ma petite-fille, alors âgée de 5 ans, ce que ses camarades pensaient d’elle.

Réponse : « Ils disent que je suis marron clair. » J’en ai profité pour lui poser une autre question : « Quelle est ma couleur selon toi ? » Sans hésiter, elle a dit : « Papy tu es marron foncé. » Nous sommes au XXIe siècle.

C’est quand même affligeant que certains individus de l’hémisphère boréal passent leur temps à réfléchir en blanc et en noir. Il y a même un vocabulaire qui m’a toujours laissé perplexe : hommes ou femmes de couleur. Qu’est-ce à dire ? Qu’il existe une espèce d’hommes sans pigmentation ? Dommage que nous en soyons encore là. J’ai un credo : bien faire et laisser dire ceux qui doutent de l’humanité des autres.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte