Politique

Léhady Soglo visé par un mandat d’arrêt international, l’Unita cherche l’unité, Marie-Reine Hassen au Siriri…

© JA

L'ex-maire de Cotonou, Léhady Soglo, est visé par un mandat d'arrêt international, l'Unita veut faire front commun avec le FNLA et la Casa-Ce, Marie-Reine Hassen est à la manœuvre de la coalition Siriri en Centrafrique... Chaque semaine, Jeune Afrique vous rend compte de l’activité des contre-pouvoirs africains.

  • Bénin : Léhady Soglo visé par un troisième mandat d’arrêt international

Vincent Fournier/J.A.

Le 10 juillet, un troisième mandat d’arrêt international, transmis à Interpol, a été lancé contre l’ex-maire de Cotonou Léhady Soglo, qui ne répond pas aux convocations de la Brigade économique et financière.

Un premier mandat avait été délivré contre lui en juin pour « rébellion », le fils de l’ex-président Nicéphore Soglo s’étant opposé à la perquisition de son domicile. Un deuxième avait suivi, fin juin. Établi à Paris, Soglo ne compte pas regagner le Bénin avant d’y avoir épuisé toutes les voies de recours judiciaire.

  • Angola : l’Unita cherche l’unité

Vincent Fournier/JA

Dans la perspective des premières élections locales de l’histoire de l’Angola, prévues en 2020, l’opposition veut faire front commun contre le MPLA (au pouvoir). Isaias Samakuva, le président de l’Unita (premier parti d’opposition), a contacté il y a quelques mois Ngola Kabangu, du FNLA, et Abel Chivukuvuku, de la Casa-Ce (coalition d’indépendants et de plusieurs partis).

Objectif : dans chaque localité, leur candidat sera issu du parti qui y était arrivé en tête aux élections générales d’août 2017.

  • Centrafrique : Marie-Reine Hassen à la manœuvre du Siriri

Créée le 27 novembre 2017, la très hétéroclite coalition Siriri (« paix », en sango), compte un ralliement de poids : Abdoulaye Miskine, le chef du Front démocratique du peuple centrafricain et figure de la rébellion.

Une nouvelle sur laquelle Marie-Reine Hassen, cofondatrice de Siriri avec l’ex-Séléka Moustapha Saboune, communique activement depuis Paris. L’ex-ministre de François Bozizé, qui fut candidate à la présidentielle en 2010 et en 2015, assure que d’autres rebelles suivront en vue du scrutin de 2021.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte