Politique

Tunisie : que devient Kamel Morjane, ministre des Affaires étrangères sous Ben Ali ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Kamel Morjane, à Tunis, en 2013

Kamel Morjane, à Tunis, en 2013 © Ons Abid/J.A.

À 70 ans, Kamel Morjane, ministre de la Défense puis des Affaires étrangères sous Ben Ali, dirige toujours le parti Al Moubadara, qui figure parmi les signataires de l’accord de Carthage.

Ministre de la Défense puis des Affaires étrangères sous Ben Ali, Kamel Morjane a été l’une des rares personnalités de l’ancien régime à détenir un maroquin au lendemain de la révolution. Reconduit à la tête de la diplomatie après la fuite du président et de sa famille, il sera poursuivi quelques jours plus tard pour leur avoir fait délivrer des passeports, avant d’être relaxé.

Parmi les signataires de l’accord de Carthage

Très attaché au Mouvement destourien, fondé par Bourguiba, cet ancien fonctionnaire international lance en 2011, malgré quelques ennuis de santé et un vif rejet des caciques du régime Ben Ali, le parti Al Moubadara, qu’il dirige toujours à 70 ans.

Il remporte 5 sièges (sur 217) à la Constituante de 2011 et, en 2014, se retire de la course à la présidentielle faute de soutiens. Échouant à réunir les destouriens, Al Moubadara s’est essoufflé, mais figure tout de même parmi les signataires de l’accord de Carthage (2016), qui édicte une feuille de route au gouvernement.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte